Allons-nous bientôt porter un pull en fibres musculaires ?

·2 min de lecture

Des scientifiques ont réussi à fabriquer des protéines de fibres musculaires « naturelles » grâce à des bactéries modifiées. Résultat : une fibre ultra résistante et élastique qui pourrait servir à tisser des vêtements de protection ou de sport, ou encore pour des fils de suture.

Il existe aujourd’hui des vêtements en coton, en soie, en fibres synthétiques ou même en algues ou en champignons. Mais des chercheurs de la McKelvey School of Engineering de l'Université de Washington, à Saint Louis, ont eu une nouvelle idée : des vêtements en fibres musculaires ! Des fibres biodégradables et plus solides que le Kevlar, qui pourraient aussi servir comme lacets pour nouer nos chaussures ou comme ceinture.

Muscles artificiels

Cela fait longtemps que les scientifiques essayent de fabriquer des muscles artificiels en laboratoire, pour actionner des robots mous, pour des prothèses ou remplacer des tissus lésés. La plupart des expériences visent à trouver des matériaux aux propriétés similaires à celles de muscles humains, à base de polymères élastiques, de nanotubes de carbone, d’alliages à mémoire de forme, ou même de fils de nylon. Malheureusement, ces matériaux présentent tous des inconvénients : coût prohibitif, usure prématurée ou mauvaise élasticité, moindre capacité à reprendre sa forme initiale.

Alors pourquoi ne pas s’inspirer de la biologie qui produit des muscles depuis des millions d’années ? « La nature est capable de produire de nombreux matériaux biodégradables à haute performance et pour un faible coût énergétique », témoigne Christopher Bowen, principal auteur de l’article paru dans Nature Communications. Pas question ici de tuer un quelconque animal pour récupérer ses muscles : l’équipe a développé un procédé chimique pour polymériser les protéines à l'intérieur des microbes artificiels.

La titine est la plus grosse protéine naturelle connue. © Université de Washington
La titine est la plus grosse protéine naturelle connue. © Université de Washington

Des microbes génétiquement modifiés pour produire des protéines de très grande taille

Les bactéries sont en effet capables de produire un grand nombre de molécules (protéines, médicaments, ou même vanilline). Mais ces molécules sont généralement de petite taille. Or, les fibres musculaires sont formées de longues protéines (lire encadré) dont la...

> Lire la suite sur Futura

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles