Allocution de Macron : premières réactions

·2 min de lecture

Voici de premières réactions politiques à l'annonce par le président Emmanuel Macron de nouvelles mesures pour lutter contre la pandémie de Covid-19, notamment l'extension à tout le territoire des restrictions déjà en vigueur dans 19 départements:

Marine Le Pen, présidente du RN: "Les mesures annoncées par Macron résultent notamment d'un Waterloo vaccinal dont il n'assume pas la responsabilité. Ce sont hélas les Français qui paient les conséquences de ces retards, de cet orgueil, de ces incohérences, avec un impact lourd sur leur vie quotidienne" (tweet)

À lire : Les principales mesures annoncées par Macron

Jean-Luc Mélenchon, leader de LFI: "Macron incohérent. Les élèves: les uns à l'école, les autres à la maison. Couvre-feu sans alternance des horaires de travail = la cohue. Purificateur d'air? Masque FFP2 Gratuit? Licence libre des vaccins? Rien. Désolant."

À lire : Quel calendrier scolaire pour les semaines à venir ?

Julien Bayou, secrétaire national EELV: "Un président omniscient décide de tout, tout le temps et pour tout le monde. Le parlement s'occupera du reste. Le +pari+ morbide est perdu. Nous en payons le prix. À privilégier l'économie au détriment de la santé, nous perdons sur les deux tableaux" (tweet)

À lire : "Dès la mi-mai"... l'objectif annoncé de Macron

Marc Fesneau, ministre des Relations avec le Parlement, numéro 2 du MoDem: "Etre concret et assumer des choix. Etre humbles devant les défis et les difficultés que nous traversons, du besoin de nous remettre en cause sans cesse. Donner des perspectives crédibles. Je sais vos efforts. Je sais votre responsabilité. C’est précieux pour tenir. Ensemble" (tweet)

À lire : Macron veut accélérer encore la vaccination

Laurent Saint-Martin, député LREM, tête de liste aux régionales en Île-de-France: "Soyons fiers collectivement des politiques mises en œuvre jusqu'à présent, nous avons fait bloc, ensemble. Aujourd'hui, malgré les sacrifices impliqués, nous devons encore freiner +l'épidémie dans(...)


Lire la suite sur Paris Match