Allison Mack de "Smallville", accusée de trafic sexuel, a été arrêtée par le FBI

Rédaction du HuffPost
Allison Mack de

SÉRIES TÉLÉ - L'actrice américaine Allison Mack, qui incarnait le personnage de Chloe Sullivan dans la série "Smallville", a été interpellée par le FBI et inculpée pour trafic sexuel, association de malfaiteurs en lien avec du trafic sexuel et du travail forcé, ce vendredi 20 avril. Elle est soupçonnée de faire partie d'une secte installée dans le nord de l'État de New York.

La jeune femme, âgée de 35 ans, a été arrêtée à Brooklyn. Elle a été présentée à un juge dans la foulée et a plaidé non coupable devant le procureur. Elle est soupçonnée d'avoir recruté des femmes, rendues esclaves sexuelles, pour satisfaire le leader d'un groupe sectaire, qui se présentait comme un spécialiste du développement personnel.

Allison Mack, qui n'a joué que des rôles mineurs à la télévision depuis son passage dans "Smallville" entre 2001 et 2011, aurait eu une place prépondérante dans l'entourage de Keith Raniere, fondateur du groupe NXIVM (prononcez "Nexium"), dont la mission, selon Raniere, était de "renforcer la conscience humaine, encourager une civilisation éthique et humaniste, et célébrer l'humain".

Les initiales du gourou marquées sur la peau

D'après les magistrats devant lesquels elle s'est présentée vendredi, Allison Mack était placée directement derrière Keith Raniere dans la hiérarchie d'une organisation parallèle pyramidale, baptisée DOS, raconte NBC. DOS comprenait des "esclaves" et des "maîtres". Tous les membres étaient des femmes avec, au sommet de la pyramide, le gourou présumé Keith Raniere lui-même.

Allison Mack est accusée d'avoir recruté pour lui des esclaves et de les avoir forcé à avoir des relations sexuelles avec Keith Raniere en échange "d'argent et autres profits". Elle les aurait influencé en leur faisant notamment croire qu'elles allaient intégrer un groupe appelé "Jness", constitué de femmes et visant à les rendre plus fortes.

Mais ce n'est pas tout. Les femmes étaient également forcées d'inscrire les initiales de Keith Raniere sur leur pubis...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post