Alliance. En Hongrie, Orbán serviteur de Vladimir Poutine

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Viktor Orbán
    Premier ministre hongrois

Proche de Moscou, le gouvernement hongrois soutient les positions de la Russie sur le Kazakhstan, la Bosnie et l’Ukraine. De quoi inspirer l’hebdomadaire libéral HVG, qui affiche en une le dirigeant magyar, Viktor Orbán, en position de laquais du Kremlin.

Bien qu’elle ait intégré l’Otan en 1999 et soit membre de l’Union européenne depuis 2004, la Hongrie “se range dans le camp de Moscou sur la plupart des questions internationales d’importance”, constate l’hebdomadaire libéral HVG, décryptant la politique étrangère pro-Kremlin du gouvernement de Viktor Orbán. En une de son édition du 13 janvier, le magazine tacle la russophilie du dirigeant magyar en l’affichant en train de cirer les chaussures de Vladimir Poutine métamorphosées en chars.

Pas beaucoup de bénéfices

Principal pays allié de Moscou au sein des Vingt-Sept, la Hongrie appuie la Russie sur plusieurs dossiers internationaux hypersensibles du moment. Budapest a “soutenu l’intervention de Moscou au Kazakhstan, dénonçant une “tentative de putsch” contre le régime Nazarbaïev. Par ailleurs, elle se lie avec le séparatiste pro-Poutine Milorad Dodik en Bosnie, et, malgré son appartenance à l’Otan, “empêche l’adhésion de l’Ukraine, s’alignant ainsi sur la position de Poutine”, explique le magazine.

Privilégiant les vues de Moscou sur la

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles