Les allergies directement transmises par la mère pendant la grossesse ?

Johanna Amselem
·2 min de lecture
colds and viral diseases. family with runny nose and fever in bed at home
colds and viral diseases. family with runny nose and fever in bed at home

Grâce à une étude menée sur des souris, des chercheurs ont constaté que l'anticorps responsable du déclenchement des réactions allergiques traversait le placenta et pénétrait dans le fœtus.

Des chercheurs de l'Agence pour la science, la technologie et la recherche, le KK Women’s and Children’s Hospital (KKH) et la Duke-NUS Medical School à Singapour, se sont intéressés à l’apparition des allergies chez les petits. Grâce à leurs observations, ils ont constaté que les mères pouvaient transmettre des allergies à leur enfant à naître pendant la grossesse.

Pour mener cette recherche, les scientifiques ont utilisé un modèle animal et ont démontré que l'anticorps clé responsable du déclenchement des réactions allergiques, l'immunoglobuline E (IgE), pouvait traverser le placenta et pénétrer dans le fœtus. Les chercheurs ont constaté que, après la naissance, les souris nouveau-nées ont développé des réactions allergiques au même type d'allergène que leur mère au moment de la première exposition.

Il y a actuellement un manque important de connaissances sur les mastocytes qui sont présents au début du développement fœtus. Ici, nous avons découvert que les mastocytes fœtaux mûrissent phénotypiquement au cours de la grossesse et peuvent être sensibilisés par des IgE d'origine maternelle qui traversent la barrière placentaire”, détaille le Dr Florent Ginhoux, chercheur principal au Singapore Immunology Network (SIgN) et co-auteur principal de l'étude. Ainsi, ces conclusions suggèrent qu’une mère enceinte hautement allergique peut potentiellement transférer ses IgE à son bébé. Ce dernier développera également des réactions allergiques lors de sa première exposition à l'allergène.

Le phénomène des allergies mieux compris

Les allergies commencent très tôt dans la vie. Les nourrissons éprouvent des réponses allergiques étroitement liées à la réponse allergique de la mère et cela ne peut pas seulement être expliqué par la génétique. Ce travail met l'accent sur une façon dont les réponses allergiques peuvent passer de la mère au fœtus en développement, et montre comment les allergies peuvent persister après la naissance”, précise le professeur agrégé Ashley St. John, immunologiste au programme des maladies infectieuses émergentes de Duke-NUS et co-auteur principal de l'étude.

Dans le détail, les chercheurs ont exposé des souris au pollen d'ambroisie avant la grossesse. Les souris qui ont développé une sensibilité au pollen avaient une progéniture qui a également montré une réaction allergique à l'ambroisie. La sensibilité est spécifique à l’allergène ; la progéniture n'a pas réagi aux acariens, un autre allergène commun. Pour l’avenir, les chercheurs espèrent que ces conclusions serviront à la mise en place de nouvelles stratégies pour limiter au maximum ce risque de transfert pendant la grossesse. Aujourd’hui, 25 à 30% de la population assure être allergique à quelque chose.