Allemagne: les Verts en congrès affichent leurs prétentions pour les législatives de septembre

·4 min de lecture

En Allemagne, débute ce vendredi 11 juin le congrès national du parti écologiste. À trois mois et demi des élections législatives, les Verts allemands ont des ambitions puisqu'ils visent la première place et la chancellerie. Ils souhaitent détrôner les conservateurs d'Angela Merkel d'autant que cette dernière ne se représente pas. Les jeux semblent donc ouverts.

Les écologistes allemands veulent gouverner et ils le clament haut et fort, rapporte notre correspondante à Berlin, Delphine Nerbollier. Jamais, en effet, en seize années passées dans l'opposition, les Verts n'ont été si proches d'accéder au pouvoir national.

Selon les sondages d'opinion, ils pourraient obtenir entre 20 et 28 % des intentions de vote lors des législatives de septembre. Soit assez pour s'imposer comme la deuxième force politique. Certains sondages les ont même placés à la première position, devant la formation chrétienne-démocrate (CDU) d'Angela Merkel, qui a choisi, elle, Armin Laschet comme chef de file pour les élections.

Annalena Baerbock sur les rangs

Les Verts ont donc des ambitions et ils devraient le rappeler lors de leur congrès national. Ils devraient confirmer Annalena Baerbock comme candidate à la chancellerie. Cette députée de 40 ans à peine - l'âge de son parti - et qui a rejoint les Verts en 2005 est la seule femme à briguer ce poste parmi les principaux partis politiques allemands.

Ce congrès va être le « baptême du feu » pour l’énergique Annalena Baerbock, prétendante sérieuse à un poste clé dans une future coalition gouvernementale, selon Annette Lensing, maître de conférences en études germaniques à l’université de Caen-Normandie. « La décision qui a été prise de la choisir s’est faite dans le calme, dans l’unité. Et donc une des choses importantes du congrès sera de confirmer le choix d’Annalena Baerbock, sachant que jusqu’à présent elle a été fortement soutenue par la base du parti. On peut rappeler qu’elle a été confirmée à plus de 97 % des voix en 2019, lors de sa réélection à la tête du parti. Donc c’était, là aussi, du jamais vu dans l’histoire des Verts. »

Au-delà de la personne d'Annalena Baerbock, se pose aussi pour les Verts la question de l'« équilibre difficile à trouver entre l’ambition gouvernementale qui est clairement affichée et l’héritage contestataire, explique Annette Lensing à Anastasia Becchio. On peut le formuler différemment : c’est aussi la confrontation entre la tête du parti, qui est largement du côté des "réalos" - des réalistes - et une base plus contestataire, qui elle occupe des positions plus traditionnelles en matière de politique extérieure, par exemple. »

Au cours de ce congrès, la ligne « réaliste » d'Annalena Baerbock et du président du parti Robert Haneck pourrait se heurter à celle, plus dure, des militants lors des débats sur le programme des Verts.

Car l'autre enjeu de ce congrès qui dure jusqu'au 13 juin est d'approuver leur programme de campagne avec trois axes majeurs : la lutte contre le changement climatique, la justice sociale et une Union européenne forte. Un programme de quelque 130 pages, précise Jens Althoff. Selon le directeur du bureau de Paris de la Fondation Heinrich Böll, certains points de ce programme ont été l'objet de multiples amendements ce qui témoigne de la vigueur du débat démocratique interne.

Un congrès qui ne devrait pas éviter les sujets qui fâchent. Mais la course aux législatives vient à peine de commencer et reste plus que jamais ouverte.

À écouter aussi : Le renouvellement politique en Allemagne annonce-t-il un vrai changement?

Qui est Annalena Baerbock, candidate des Verts à la succession d’Angela Merkel ?

Les délégués des Verts allemands devraient confirmer samedi 12 juin Annalena Baerbock comme leur candidate pour la chancellerie. Si son parti arrive en tête le 26 septembre prochain lors des élections législatives, elle pourrait prendre la relève d'Angela Merkel. Mais qui est cette députée de 40 ans réputée « réalo » ?

Avec notre correspondante à Berlin, Delphine Nerbollier

Annalena Baerbock incarne un changement de génération et de style chez les verts allemands. Cette jeune députée de 40 ans, mère de deux filles de moins de douze ans, est une « réalo » : une réaliste, comme on les appelle en Allemagne.

Spécialiste des questions climatiques et énergétique, elle prône le changement rapide sur les questions environnementales, associé à une justice sociale. Européenne convaincue, elle a commencé sa carrière dans les couloirs du parlement européen avant d'être élue pour la première fois au Bundestag à l'âge 32 ans.

Dans cette carrière express, elle prend la tête du parti en 2018, avec son complice Robert Habeck. À eux deux, ils ont a réussi à mettre en sourdine les conflits qui caractérisaient jusque-là leur formation. Et les Verts ont un atout : la question climatique, leur sujet phare, est devenu centrale dans le débat politique outre-Rhin.

Seule femme à viser la chancellerie cette année, Annalena Baerbock est attaquée de toutes parts par ses concurrents et a aussi commis des erreurs qui ont coûté des points précieux à son parti dans les sondages ces dernières semaines.

Cette ancienne championne de trampoline est toutefois habituée à la compétition. La chef de file des Verts sait qu'il faut avoir de l'endurance dans ce genre de campagne électorale.

À écouter aussi : Annalena Baerbock, une prétendante sérieuse à la chancellerie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles