Allemagne: le terroriste d'extrême-droite Stephan Balliet condamné à perpétuité

·2 min de lecture

Stephan Balliet a été reconnu coupable de deux meurtres et plusieurs dizaines de tentatives de meurtres lors de son attaque d'une synagogue de Halle (Saxe-Anhalt) en pleine fête religieuse de Yom Kippour, le 9 octobre 2019.

L'extrémiste de droite auteur de ce qui avait failli devenir le pire attentat antisémite de l'après-guerre en Allemagne l'an dernier a été sans surprise condamné lundi à la prison à perpétuité par un tribunal allemand, une décision saluée par plusieurs organisations juives.

Stephan Balliet, un Allemand de 28 ans, qui a lors des presque six mois d'audience à plusieurs reprises clamé son antisémitisme, a été reconnu coupable de deux meurtres et plusieurs dizaines de tentatives de meurtres lors de son attaque d'une synagogue de Halle (Saxe-Anhalt) en pleine fête religieuse de Yom Kippour, le 9 octobre 2019.

Le président du Conseil central des juifs d'Allemagne, Josef Schuster, a estimé dans un communiqué que ce verdict était "un jour important pour l'Allemagne", indiquant "clairement que la haine meurtrière contre les Juifs connaît une tolérance zéro". Le Congrès juif mondial (WJC) a lui clamé sa "satisfaction" face au verdict.

Parlant d'un "acte odieux, lâche et inhumain", la présidente du tribunal de Magdebourg, Ursula Mertens, a expliqué que l'accusé partageait "des motivations antisémites, racistes et misogynes". A l'énoncé du verdict, correspondant aux réquisitions du parquet, l'homme au crâne rasé habillé en noir et portant une écharpe et un masque, est resté stoïque avec un regard vide.

Sa réclusion à perpétuité a été assortie d'une détention de sûreté minimale de 15 ans à l'issue de laquelle il lui sera toutefois très difficile d'obtenir une libération.

Armé jusqu'aux dents et vêtu d'un treillis militaire, cet autoradicalisé sur internet, asocial, avait en octobre 2019, donné l'assaut contre la synagogue de Halle, où se trouvaient 52 fidèles. Faute de parvenir à entrer en raison de la résistance de la porte, il(...)


Lire la suite sur Paris Match