En Allemagne, la stratégie vaccinale critiquée jusqu'au sein du gouvernement

·1 min de lecture

Il n'y a pas qu'en France que la polémique enfle sur la lenteur de la vaccination. En Allemagne, pays dans le milieu du peloton européen avec plus de 264.000 injections du vaccin Pfizer/BioNTech, les critiques s'intensifient alors que le pays s'apprête à prolonger ses restrictions anti-Covid. Une grogne qui s'appuie sur la lenteur de la campagne et sur la stratégie jugée trop dépendante de l'Union européenne, avec en toile de fond des rivalités politiques. Car à neuf mois des élections, les candidats à la succession d'Angela Merkel ont intérêt à se démarquer. 

>> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mardi 5 janvier

Un nombre de doses disponibles qui pose question

Ce n'est pas tant un problème de logistique qui rend les Allemands impatients que le nombre de doses disponibles. Elles sont encore trop rares pour que le pays puisse véritablement accélérer sa campagne de vaccination. Un comble pour certains, alors que le laboratoire BioNTech est... allemand. Aussi, la décision de Berlin de déléguer les commandes de son propre vaccin à l’Union européenne passe mal pour ces derniers, et la Chancelière se retrouve sous le feu des critiques. 

Le quotidien Bild, le plus lu d'Allemagne, mène une campagne contre le gouvernement, accusé d'avoir "trop compté sur l'Union européenne" pour s'approvisionner en vaccins, et de privilégier le seul produit Pfizer/BioNTech au détriment du vaccin Moderna. On voit apparaitre une forme de nationalisme vaccinal, un "nous d'...


Lire la suite sur Europe1