Allemagne: en Saxe, dans la région la plus touchée par le Covid-19

·2 min de lecture

L’Allemagne créditée d'un bilan positif dans sa lutte contre la pandémie au printemps ne parvient pas à briser la deuxième vague qui la frappe actuellement. Des mesures adoptées début novembre n'ont pas permis de réduire le nombre des infections. Ce mercredi, un nombre record de morts -952- étaient à déplorer. C'est aussi ce 16 décembre que des mesures plus dures entrent en vigueur. En Saxe, région la plus frappée, elles sont en vigueur depuis lundi 14 décembre.

Avec notre envoyé spécial à Dresde, Pascal Thibault

Dresde ville morte ou presque. Depuis lundi soit deux jours avant la plupart des autres régions, la Saxe a durci ses mesures anti-covid. Les lieux culturels, les bars et les restaurants étaient déjà fermés. Désormais, seuls les commerces essentiels restent ouverts. Les écoles ont mis la clé sous la porte. Les habitants sont priés de ne sortir que lorsque cela est nécessaire

Hôpitaux débordés

La région avait mercredi un taux d’incidence de 400 soit plus de deux fois plus que celui enregistré au niveau national. Les hôpitaux sont débordés.

Pourtant, la Saxe au printemps lors du premier confinement et ultérieurement était peu frappée. Cette jeune femme enceinte qui travaille dans un cabinet médical critique les nombreux rassemblements contre les mesures anti-covid. « Toutes les manifs anti-masques qui ont été autorisées en Saxe ont été, je pense, de grands foyers d’infection. »

Les échanges nombreux entre la république tchèque qui a une longue frontière avec la Saxe et qui a été très frappée par la pandémie ces dernières semaines sont aussi avancés pour expliquer le record saxon. Les réticences aux mesures anti-covid restent importantes. Ce vieux monsieur sans masque au centre-ville n’est pas convaincu par les vaccins bientôt autorisés. « Si on écoute les médias, oui c’est bien. Mais je ne me presserai pas pour me faire vacciner. Il y a trop de propagande. Même les virologues entre eux ont des avis divergents. »

Des réticences importantes demeurent. Mais les Saxons longtemps largement épargnés par la pandémie ont peut-être tout simplement oublié trop vite les mesures de précaution.