Allemagne: retour délicat pour Merkel dans les régions sinistrées par les inondations

·4 min de lecture

Angela Merkel retourne vendredi au chevet des régions allemandes sinistrées par les inondations de juillet, avec la mission de restaurer la confiance dans son parti, en difficulté à quelques semaines de législatives indécises.

La chancelière se rendra dans la ville meurtrie d'Altenahr, en Rhénanie-Palatinat, avant de poursuivre sa tournée, dimanche, dans la région voisine de Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Pour cette deuxième étape, elle sera accompagnée du dirigeant de ce Land, le plus grand d'Allemagne, qui n'est autre que le candidat du camp conservateur aux élections du 26 septembre, et chef de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), Armin Laschet.

Pour Angela Merkel, qui quittera la politique à l'issue de la formation du prochain gouvernement, le contexte est bien différent de celui de sa première visite, dans les jours ayant suivi la catastrophe des 14 et 15 juillet, qui a fait plus de 180 morts.

Le bloc CDU/CSU était alors en tête des sondages et Armin Laschet bien placé pour devenir le nouveau chancelier, après 16 ans de pouvoir de Mme Merkel.

Témoignant de son émotion et de son empathie, tout en promettant un long effort de reconstruction, la dirigeante avait été bien accueillie.

- Frustration -

Angela Merkel jouit encore d'une popularité record mais l'humeur s'est largement assombrie autour d'Armin Laschet, en pleine déroute dans les sondages.

Encore créditée de 34% en début d'année, l'union conservatrice CDU/CSU ne récolte plus que 20% des intentions de vote selon le sondage, publié jeudi, de la chaîne ARD, contre 25% pour les sociaux-démocrates du SPD et leur candidat Olaf Scholz.

Vendredi, il a présenté une équipe de campagne resserrée pour tenter de sortir de l'ornière et mettre en avant des personnalités susceptibles de rallier l'opinion.

Alors qu'elle est restée en retrait de la campagne jusqu'à présent, Mme Merkel s'investit davantage dans la dernière ligne droite, mettant sa popularité au service du chef de file des conservateurs, jugé peu crédible jusque dans son propre camp.

Elle avait déjà apporté le 21 août, lors d'un meeting à Berlin, un soutien ferme à M. Laschet, se disant "profondément convaincue" qu'il lui succèderait à la chancellerie.

Puis, elle a également épinglé cette semaine le candidat social-démocrate, son actuel ministre des Finances, l'accusant de flirter avec la gauche radicale.

- Gommer la bévue-

Son déplacement avec M. Laschet, dimanche, s'annonce comme un nouveau test pour ce dernier, auteur d'une bévue mémorable en juillet.

Des images l'avaient saisi hilare, quelques jours après la catastrophe, durant un discours empreint de gravité du président allemand, Frank-Walter Steinmeier, suscitant l'indignation dans le pays et l'obligeant à présenter ses excuses.

Il avait aussi été pris à partie par des sinistrés qui se plaignaient de la lenteur des aides publiques. L'un d'entre eux l'avait traité de "méga-nul" qui paierait "l'addition aux élections".

Dans les localités sinistrées, l'état de choc a laissé place à d'immenses attentes envers les pouvoirs publics, souvent teintées de frustration devant des moyens jugés insuffisants.

"Nous attendons que l'argent soit donné sans bureaucratie, c'est ce que Laschet a promis, lorsqu'il est venu ici débiter ses slogans stupides, mais rien ne s'est encore passé", accuse auprès de l'AFP Christine Jahn, 66 ans.

Cette résidente de Leipzig fait partie de milliers de bénévoles venus de toute l'Allemagne pour prêter main forte dans l'ouest du pays meurtri.

Outre des centaines de millions d'euros d'aides d'urgence, le gouvernement et les régions ont mis sur pied un plan de reconstruction de 30 milliards d'euros.

Selon un récent sondage pour RTL/NTV, 80% des personnes interrogées estiment que les responsables allemands doivent faire davantage pour la protection du climat.

Un rapport scientifique publié fin août avait conclu que ces inondations avaient été intensifiées par le réchauffement climatique.

Mais ce constat ne profite pas aux Verts, en deuxième ou troisième position selon les sondages.

M. Laschet comme Mme Merkel devront aussi faire face aux accusations de négligences visant les autorités locales, qui ont donné lieu à l'ouverture d'une enquête judiciaire en août.

Les pouvoirs publics sont mis en cause pour le manque d'anticipation face à cet événement météorologique extrême, pour les défaillances dans le fonctionnement des systèmes d'alerte et les mesures d'évacuation.

dac/smk/slb

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles