Allemagne : le rétropédalage de Merkel sur le confinement accentue la crise de confiance

·1 min de lecture

Machine arrière. La chancelière Angela Merkel, qui prône la fermeté face au virus, a dû renoncer à une forme de confinement national de l'ensemble du pays du 1er au 5 avril. Deux jours plus tôt, après une réunion de douze heures et des discussions laborieuses avec les chefs des seize Länder, elle avait pris ces mesures. Faisant face à la grogne et confrontée aux difficultés administratives pour les mettre en place, elle a finalement reconnu mercredi "une erreur" et demandé "pardon" aux Allemands. L'idée de la chancelière était de mettre le pays sous cloche pendant cinq jours marqués par les célébrations de Pâques, du 1er au 5 avril. Elle envisageait ainsi d'imposer la fermeture des commerces, jusqu'à certains supermarchés, et de limiter drastiquement l'accès aux lieux de culte. L'idée d'instaurer un couvre-feu nocturne, évoquée un temps, n'avait quant à elle pas été retenue. Ces cinq jours de restrictions renforcées à Pâques avait, selon elle, "de bonnes raisons d'être mais n'était pas réalisable dans un court laps de temps". Ces dispositions avaient immédiatement provoqué l'ire des commerçants, arguant de conséquences délétères sur leurs finances, ainsi que celle des Allemands chrétiens qui soulevaient l'importance des messes de Pâques. Enfin, certains experts jugeaient la mesure inefficace pour endiguer l'épidémie, car trop réduite dans le temps.

Lire aussi - Confinement, déconfinement... Que font les autres pays européens ?

A six mois des élections fédérales. Ce rétropéda...


Lire la suite sur LeJDD