Allemagne: polémique à Cologne, qui veut autoriser les appels à la prière des mosquées

·2 min de lecture

La ville de Cologne, à l’ouest de l’Allemagne, veut autoriser les appels du muezzin dans tous ses lieux de culte musulmans. Le projet pilote de la mairie implique des contraintes importantes comme le niveau sonore des appels émis par les mosquées, mais il suscite de nombreuses réactions négatives.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

L’Allemagne compte environ 3 000 mosquées, dont 1% recourent à un muezzin pour l’appel à la prière du vendredi. La première remonte à 1985. La ville de Cologne, où vivent 120 000 musulmans, soit 12% de sa population, a lancé un projet pilote de deux ans qui suscite de nombreuses discussions et polémiques.

Les muezzins de toutes les mosquées de la ville pourront appeler à la prière. Une possibilité restreinte au vendredi entre 12h et 15h pour une durée maximale de cinq minutes. Le volume sonore sera également limité, le voisinage devra être informé en amont et chaque mosquée devra nommer un interlocuteur en cas de plaintes. Un bilan du projet pilote sera tiré après deux ans.

La maire de Cologne Henriette Reker, sans étiquette mais soutenue par la CDU et les Verts, parle d’un signe de respect pour l’islam, qui fait partie de la société allemande, selon elle :

Les Colonais lors du carnaval chantent la tolérance. Ils l’aiment et maintenant ils vont la mettre en pratique. Nous allons mettre en place un projet pilote.

Les premiers concernés se réjouissent de cette possibilité et veulent rassurer. Comme Murat Sahinarslan, qui dirige un forum regroupant les mosquées colonaises : « Les appels à la prière seront moins forts que les cloches des églises, mais je pense que c’est une avancée symbolique. »

Cependant, ce projet suscite des réactions négatives. Certains voient l’identité allemande remise en cause, quand d’autres dénoncent un signe de tolérance au profit d’une religion qui, d’après ces détracteurs, est synonyme d’intolérance. Le parti d’extrême-droite AfD est vent debout contre cette initiative et selon un sondage, six Allemands sur dix sont contre une généralisation de tels appels à la prière.

À lire aussi : Merkel, l'heure du bilan: à Cologne, la concrétisation d'une politique migratoire assumée

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles