Allemagne: Le PIB soutenu par l'export et la construction au 4e trimestre

par Michael Nienaber
·3 min de lecture
ALLEMAGNE: LE PIB SOUTENU PAR L'EXPORT ET LA CONSTRUCTION AU 4E TRIMESTRE

par Michael Nienaber

BERLIN (Reuters) - Le dynamisme des exportations et de la construction a permis à l'économie allemande de rebondir plus vigoureusement qu'estimé initialement au quatrième trimestre 2020, montrent les chiffres détaillés du produit intérieur brut publiés mercredi.

Le PIB de la première économie d'Europe a augmenté de 0,3% sur la période octobre-décembre par rapport aux trois mois précédents, a annoncé Destatis, l'office fédéral de la statistique, alors qu'une première estimation avait donné une croissance de 0,1% seulement.

Destatis a aussi revu à la hausse le PIB de l'ensemble de 2020, qui accuse une contraction de 4,9%, contre -5,0% en première estimation.

En données corrigées des variations saisonnières (CVS), la chute de l'activité économique l'an dernier atteint 5,3%, une contraction moins marquée que celle subie par beaucoup d'autres pays européens. En France, le PIB s'est ainsi contracté de 8,3% selon les chiffres de l'Insee publiés fin janvier.

Cette bonne performance relative de l'Allemagne est due entre autres à l'ampleur des mesures budgétaires de soutien à l'activité et à l'emploi mises en oeuvre par le gouvernement d'Angela Merkel.

Mais celles-ci ont eu pour effet un creusement du déficit de l'Etat fédéral, à 139,6 milliards d'euros, soit 4,2% du PIB. Il s'agit du premier déficit budgétaire depuis 2011 et du deuxième plus important par le montant depuis la réunification du pays en 1990.

Au troisième trimestre, l'activité économique avait rebondi de 8,5% après une chute sans précédent de 9,7% au deuxième, conséquence du confinement décidé en mars pour tenter de freiner la propagation du coronavirus.

La fermeture en novembre des bars, des restaurants, des cinémas et des salles de spectacles, étendue mi-décembre à la plupart des commerces et des services, s'est traduite par une chute de 3,3% des dépenses de consommation au quatrième trimestre, explique Destatis.

Le revenu disponible des ménages a parallèlement légèrement augmenté grâce aux mécanismes d'indemnisation du chômage partiel et aux allocations familiales. Le taux d'épargne a ainsi bondi pour atteindre 15,7%.

Les exportations affichent quant à elles une hausse de 4,5% sur les trois derniers mois de l'année, permettant au commerce extérieur de contribuer à hauteur de 0,6 point de pourcentage à la croissance.

L'investissement dans la construction, lui, a augmenté de 1,8%.

Thomas Gitzel, économiste de VP Bank, explique que la faiblesse des taux d'intérêt a soutenu le secteur de la construction tandis que les exportations profitaient du redémarrage de l'économie chinoise.

Malgré cette fin d'année meilleure qu'attendu, les perspectives de l'économie allemande restent incertaines, le confinement restant en vigueur au moins jusqu'au 7 mars.

"Pour la suite, nous maintenons notre prévision d'une contraction de 1,5% au premier trimestre 2021, due principalement aux effets négatifs de la prolongation et du durcissement du confinement sur l'activité économique globale", explique UniCredit dans une note.

Carsten Brzeski, économiste d'ING, ajoute qu'en plus du confinement, les conditions météo très défavorables de février, le déstockage lié au Brexit et la dégradation de la demande étrangère, dans plusieurs pays de la zone euro au moins, augmentaient les risques à la baisse pour le premier trimestre.

"Les moteurs de la croissance du quatrième trimestre pourraient facilement devenir des freins au premier", résume-t-il.

(Version française Marc Angrand, édité par Patrick Vignal)