Allemagne: perquisitions chez Deutsche Bank dans une affaire de «greenwashing»

Par « greenwashing », comprendre le fait de proposer un produit comme durable et respectueux de l'environnement, alors que la réalité n'est pas aussi positive. C'est le soupçon qui pèse sur Deutsche Bank et l'une de ses filiales, DWS, où des perquisitions ont eu lieu ce mardi 31 août à Francfort. On reproche aux deux entreprises d'avoir promu des produits financiers pas si verts que cela.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

La dernière descente de police au siège de Deutsche Bank remontait à il y a un mois. Mardi, il ne s'agissait plus d'argent sale, mais de produits financiers soupçonnés d'être trop propres sur eux.

La banque et sa filiale de gestion d'actifs DWS se voient reprocher d'avoir proposé des investissements à leur clientèle remplissant les critères ESG, c'est-à-dire respectueuse de l'environnement, des normes sociales et d'une saine gouvernance. Un engagement que Deutsche Bank met en avant.

Mais une ancienne responsable du développement durable chez DWS avait accusé son ex-employeur d'enjoliver les choses et de proposer des produits qui ne remplissaient pas nécessairement les avantages vantés auprès de la clientèle.

Un règlement européen a renforcé l'an dernier la transparence sur les produits financiers promouvant les critères ESG. La justice allemande devra dire où passe la frontière entre un marketing offensif et une tromperie frauduleuse sur les produits proposés.

►À relire : Allemagne : perquisition de la Deutsche Bank dans une enquête de blanchiment d’argent


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles