Allemagne: la pandémie de coronavirus pèse sur le marché du travail

La première économie d’Europe va subir des suppressions d'emploi dans de nombreux secteurs, prévoit l’Institut allemand d’études économiques, Ifo, basé à Munich.

Dans l’industrie, ces sont les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique qui paient le plus lourd tribut. Quelque 40% des entreprises allemandes ont supprimé des emplois au mois d’avril, en raison de la chute des commandes industrielles et des exportations.

Le secteur des services est, lui aussi, durement touché. Près de 50 % des restaurants, des hôtels et des agences de voyages licencient à tour de bras, étouffés par la chute de l’activité lié aux mesures de confinement.

Des chiffres inquiétants qui annoncent une vague de faillites, selon l’Institut, pour qui l’Allemagne traverse sa période la plus difficile depuis la réunification en 1990.

Moins d'un tiers (29,2%) des entreprises allemandes estiment qu'elles pourraient survivre pour une durée maximale de trois mois en cas de prolongation des restrictions de leur activité liée aux mesures de lutte contre l'épidémie de nouveau coronavirus, selon l'institut allemand d'études économiques Ifo.

Plus de la moitié des entreprises allemandes, soit 52,7% des entreprises interrogées par l'Ifo, jugent quant à elles pouvoir tenir six mois dans une telle éventualité.

« Ce sont des chiffres inquiétants qui suggèrent qu'une vague de faillites nous attend », a déclaré Klaus Wohlrabe, économiste de l'Ifo. Le choc sur l’économie allemande sera sévère. Le gouvernement prévoit une baisse de 2% de la croissance au premier trimestre et de plus de 10% au deuxième trimestre.