Allemagne Martin Schulz rallume la flamme du SPD

Libération.fr

Elu dimanche à la tête du Parti social-démocrate avec 100 % des voix, l’ancien président du Parlement européen est désormais un rival très sérieux pour Angela Merkel aux législatives de septembre. Pour accéder à la chancellerie, il promet de nouvelles avancées sociales.

Dehors, une pluie froide et glacée rappelle que l’hiver n’a pas dit son dernier mot. Dans l’«Arena», un bâtiment de brique et de verre édifié au XIXe siècle au bord de la Spree, l’ambiance est surchauffée. 600 délégués venus de toute l’Allemagne ont pris place dans cet ancien hangar à bus. Ils applaudissent à tout rompre, agitent de petits drapeaux à l’effigie de celui qui a rendu sa fierté au plus vieux parti politique d’Allemagne, l’espoir du Parti social démocrate (SPD), Martin Schulz. Le SPD a convoqué ce congrès exceptionnel, à six mois des élections législatives, pour entériner la transition à la tête du parti de Sigmar Gabriel à Martin Schulz, désormais affublé d’une double casquette de président et de candidat.

Crédité de 32 % des intentions de vote, à un point de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière, Angela Merkel, Martin Schulz a sorti de l’ornière un parti qui stagnait depuis des années à 20 % dans les sondages. Du jamais-vu depuis la guerre : l’ancien président du Parlement européen a obtenu dimanche 100 % des voix des délégués. Une «Schulzmania» semble avoir saisi la gauche allemande, comparable, assure-t-on en interne, à l’euphorie soulevée au début des années 70 par Willy Brandt.

«Il est là, avec nous»

A Berlin, décor et scénario ont été préparés avec soin. Les murs sont éclairés de rouge. Derrière la tribune, les trois lettres «SPD» sont posées comme des cubes géants sur un bloc de béton. Aux pieds du podium, une banderole en lettres rouges rappelle le slogan de la campagne du parti : «Il est temps pour plus de justice.» Grave et concentré, le candidat à la chancellerie a pris place entouré de tous les ministres sociaux-démocrates d’Angela Merkel et de la direction du (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

De sa librairie à l’UE, la politique en crescendo
Erdogan accuse de nouveau Merkel d’avoir recours à des «pratiques nazies»
1
Ultimes assauts contre l’EI à Mossoul
Trump-Merkel, un clash logique

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages