Allemagne: la «Love Parade» fait son grand retour dans les rues de Berlin

AP - Joerg Carstensen

À Berlin, la parade techno, la « Love Parade », fait son grand retour. Elle avait attiré jusqu'à 1,5 million d'adeptes de la musique techno dans les rues de la capitale au début des années 2000. 12 ans plus tard, c'est le grand retour de la manifestation, sous un autre nom, « Rave the planet ».

Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux

Des centaines de milliers de personnes venues de toute l'Europe se sont donné rendez-vous à Berlin ce week-end, autour de la techno, pour fêter le retour de la « Love Parade ».

En effet, devenue ingérable, la manifestation pour l'amour et la musique avait dû s'exiler dans de petites villes de province, à l'ouest du pays. L'aventure s'était achevée par un drame, en 2010 à Duisbourg, où 26 personnes étaient mortes dans un mouvement de foule.

Il est 14 heures lorsque le convoi s'ébranle sur le Kurfürstendamm, la grande avenue de l'ouest de la capitale, noire de monde. Une vingtaine de camions aux couleurs des plus grands clubs de la capitale crachent de la musique depuis leur sono. Défiant une averse, les danseurs s'ébrouent, comme électrisés. Beaucoup de peau, de résille, de noir, de fluo, des perruques de toutes les couleurs. Anna a opté pour une tenue moulante, vertigineusement échancrée : « Je viens de Leipzig, et je trouve ça fantastique, toute la ville fait la fête ensemble ».

Laure est venue de loin pour assister à cet événement : « Nous venons d'Amsterdam, et nous avons fait toute cette route pour la Love Parade. Je suis venue à cause de cette possibilité d'être tous unis pour la musique. Berlin ? C'est là que tout a commencé, c'est ici la maison de la musique techno ! »

La vingtaine de camions mettra plus d'une heure pour franchir un kilomètre, suivis de dizaines de milliers de danseurs. À 50 mètres du dernier véhicule, les camions balais orange de la société chargée du traitement des ordures, déblaient des tonnes de verre brisé, dans un vacarme étourdissant.

À lire aussi : Black Coffee, le DJ qui fait briller la house sud-africaine à l'international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles