Allemagne: l'AfD se prépare tant bien que mal aux élections fédérales

·1 min de lecture

Le mouvement Alternative pour l'Allemagne (AfD) tient ce week-end son congrès en vue des élections fédérales du 26 septembre. Le parti d'extrême droite a tenté d'éviter comme souvent d'exposer ses divisions alors qu'il est politiquement sur la défensive.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

« L’Allemagne. Mais normale ». Le slogan de l’AfD pour la campagne électorale devait rejaillir sur le congrès du parti. Au premier abord, la première journée n’a pas été marquée par des déchirements dramatiques qui ont marqué le mouvement d'extrême droite depuis ses origines en 2013. Une motion visant à destituer le coprésident Jörg Meuthen a été retirée de l’ordre du jour. Une décision sur le duo qui mènera le parti lors de la campagne à venir a été repoussée. Cela a épargné au parti des psychodrames dont l’AfD n’a pas besoin actuellement.

Le congrès destiné d’abord à adopter le programme du parti plaide pour une sortie de l’Union européenne, contre le souhait de la direction, pour une immigration réduite, pour des baisses d’impôts et contre les restrictions liées à la pandémie.

Mais l’AfD est dans une situation tout sauf normale. Le parti reste divisé entre une aile plus radicale, notamment à l’Est, et une autre moins extrémiste. Le mouvement a perdu un tiers de ses électeurs lors des régionales du mois dernier et est menacé d’une mise sous observation par la police. Mais malgré son recul dans les sondages, l’AfD devrait à nouveau être représenté au Parlement à l’automne.