Allemagne : l'« attaque de la station-service » qui perturbe la campagne

·1 min de lecture
La station essence d'Idar-Oberstein, où un employé a été tué pour avoir demandé à un client de porter un masque.
La station essence d'Idar-Oberstein, où un employé a été tué pour avoir demandé à un client de porter un masque.

Un fait divers isolé ou le signe que le mouvement anti-masque est en train de se radicaliser ? Le meurtre perpétré par un client que l?employé d?une station-service au fin fond de la province allemande voulait forcer à porter un masque est au centre du débat cinq jours avant les élections de dimanche.

Samedi dernier, en début de soirée, dans la petite commune d?Idar-Oberstein, en Rhénanie-Palatinat. Mario N., 49 ans, se poste devant la caisse pour payer une canette de bière. Il ne porte pas de masque. Alexander W., l?étudiant de 20 ans derrière le comptoir, lui rappelle que le port du masque est obligatoire et refuse de l?encaisser. L?homme s?en va furieux. Et revient un peu plus tard. Cette fois-ci, il porte un masque, mais le retire quand il arrive devant le jeune homme. Celui-ci le rappelle de nouveau à l?ordre. L?homme sort alors une arme de sa veste et tire à bout portant sur la tête de l?étudiant, qui meurt sur le coup. Quelques heures plus tard, l?homme se rend à la police, avoue et explique qu?il s?oppose aux mesures mises en place pour lutter contre la pandémie. Il dit que cette situation l?accable. Il se sentait au pied du mur, privé de ses droits de citoyen, et n?avait pas « d?autre issue ». Une façon, selon lui, d?attirer l?attention sur cette situation intenable.

À LIRE AUSSIEn Allemagne, une campagne dominée par le changement climatique

Lors d?une perquisition au domicile du coupable, la police a trouvé d?autres armes et des munitions qu?il se s [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles