Allemagne: le gouvernement revoit son projet de taxe gazière

Berlin va devoir revoir sa copie sur la taxe sur le gaz. Le gouvernement, critiqué à propos de son nouveau prélèvement de solidarité destiné à éviter des faillites d'énergéticiens, a admis que le dispositif comportait des failles et souhaite mieux cibler les entreprises bénéficiaires.

Le ministre vert de l'Économie Robert Habeck est sous pression depuis qu'il a annoncé mi-août un prélèvement spécial de solidarité destiné à éviter la faillite des importateurs et distributeurs de gaz, dont certains sont confrontés à de graves difficultés depuis la baisse drastique des livraisons de gaz russe. L'argent est destiné à soulager les entreprises qui doivent acheter du gaz sur le marché comptant où les prix ont explosé. Cette surtaxe, à partir du 1er octobre, va alourdir la facture des foyers allemands de plusieurs centaines d'euros.

Douze entreprises du secteur de l'énergie ont demandé à bénéficier du versement de ce prélèvement pour une somme totalisant environ 34 milliards d'euros. Parmi elles, des géants en difficulté comme Uniper, qui a échappé de peu à la faillite cet été, grâce à un plan de sauvetage tricoté in extremis par Berlin. Lié à ses clients par des contrats à long terme, Uniper fait partie de ces énergéticiens obligés de fournir les quantités prévues aux tarifs négociés, tout en se fournissant sur un marché devenu fou.

(et avec AFP)


Lire la suite sur RFI