Allemagne. “Disparu” : mais où diable se cache Olaf Scholz ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Face à l’épidémie de Covid-19, le prochain chancelier allemand a beaucoup délégué, note le Hamburger Morgenpost. Après sa prestation de serment, Olaf Scholz devra néanmoins arrêter de se dérober, s’il veut diriger le pays hors de la crise sanitaire.

“Qui a vu Olaf Scholz (63 ans) ?”, demande ce mardi 22 novembre le Hamburger Morgenpost, en parodiant sur sa une les avis de recherche de la police. Le chef de file des sociaux-démocrates a, selon le journal de Hambourg, “disparu” de la circulation ces dernières semaines, très pris par ses négociations pour former un gouvernement avec les Verts et les libéraux du FDP. Il doit annoncer cette semaine la conclusion d’un contrat de coalition avec ses deux partenaires. Et il pourrait devenir chancelier, pas plus tard que durant la semaine du 6 décembre.

À lire aussi: Constat. En Europe occidentale, les moins vaccinés contre le Covid-19 parlent allemand

“Mais cela fait déjà plusieurs semaines que le futur chancelier, qui est d’ores et déjà responsable du bien-être de ses concitoyens, est censé présenter [aux Allemands] ses grandes orientations et ses solutions, critique le quotidien d’inspiration tabloïd, en référence à la quatrième vague de Covid-19 et aux niveaux records de contaminations en Allemagne, ces derniers jours. Le journal s’adresse même directement au politique :

Où diable te caches-tu ? Le temps est compté. S’il te plaît, réponds-nous ! Nous nous faisons du souci !”

Dans l’attente d’un nouveau gouvernement

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles