Allemagne: la directrice de la Documenta démissionne après des accusations d'antisémitisme

Tous les cinq ans, la Documenta, à Kassel, en Allemagne, est le rendez-vous incontournable de l'art contemporain dans le monde. La quinzième édition, qui a ouvert ses portes pour trois mois en juin, a surtout été marquée par des polémiques avec des accusations d'antisémite. Sa directrice vient de démissionner.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Dans un communiqué, le conseil de surveillance de la Documenta prend ses distances avec les dérives antisémites constatées et met fin prématurément au contrat de la directrice générale, Sabine Schormann. « Nous regrettons que des motifs clairement antisémites aient été présentés lors de l’ouverture de la Documenta. Toute forme de racisme dans l’art et la culture doit être combattue. La confiance dans notre exposition a été mise en mal. Il est essentiel de tirer les leçons de cet incident ».

L’œuvre du collectif indonésien Taring Padi avait suscité la polémique. On y voyait notamment un cochon portant une étoile de David et un casque du Mossad, les services secrets israéliens. Plusieurs attributs clairement antisémites de la fresque avaient poussé les organisateurs à recouvrir l’œuvre après deux jours à la suite des protestations de l’ambassade d’Israël et du Conseil central des juifs d’Allemagne.

Avant même la Documenta, une polémique avait surgi à propos d’un collectif accusé de soutenir le mouvement BDS qui prône le boycott de produits israéliens en raison de la politique menée par l’État hébreu dans les territoires palestiniens.

À lire aussi : Interview de Laurent Joly, historien : « La Rafle du Vel d'Hiv »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles