Allemagne: le Bayern ne doit plus rien lâcher lors de la 26e journée

1 / 2
Le technicien du Bayern Pep Guardiola lors d'une séance d'entraînement avec ses joueurs, le 8 mars 2016 à Munich

Après la semaine la moins prolifique de sa saison, le Bayern Munich n'a plus le droit à l'erreur dans la défense de son rang de leader, samedi contre le Werder Brême (13e) en championnat, surtout à quatre jours du second duel avec la Juventus.

Choqué à domicile (2-1) par Mayence puis tenu en échec à Dortmund (0-0), le Rekordmeister n'a plus que cinq points d'avance sur le Borussia à neuf journées d'un quatrième sacre de rang inédit.

Le groupe de Pep Guardiola doit se rassurer et tranquilliser son public devant lequel il jouera sa place dans le Top-8 de la Ligue des champions mercredi face à la Juventus (2-2 à l'aller).

Mais pas question de se projeter déjà sur Turin. "Cette semaine, je n'ai pensé qu'au Werder, on aura quatre jours pour penser à la Juve", a assuré l'entraîneur catalan vendredi en conférence de presse.

"On a vu ce qui s'est passé avec Mayence. Et le Werder est probablement dans sa meilleure phase de la saison", a prévenu le technicien, appelant à la patience face à une équipe qui à joué à l'aller "avec cinq défenseurs et quatre milieux de terrain".

Il n'est nullement disposé à reposer certains joueurs. "Tous les matches à venir sont des finales pour nous", a souligné le Catalan citant Mönchengladbach, Schalke et le Hertha Berlin parmi les futurs adversaires.

La bonne nouvelle, "tous les joueurs (disponibles) sont en forme", a dit Guardiola, en citant particulièrement Arturo Vidal "excellent lors des trois derniers matches".

S'il a souligné que "les minutes jouées par Franck (Ribéry) depuis son retour étaient très bonnes", il n'a donné aucune assurance de titularisation ni au Français ni aux autres.

Brême, qui reste sur deux victoires à Leverkusen puis face à Hanovre, veut s'inspirer du "coup" de Mayence. "Cette victoire a donné du courage à tous les autres clubs, nous compris", a dit le coach Viktor Skripnik.

-Berlin au rendez-vous-

Au Werder, un homme était particulièrement motivé: l'attaquant péruvien Claudio Pizarro qui, à 37 ans, voulait poursuivre sa série de buts (9 depuis la reprise) pour son retour dans une enceinte bavaroise quittée à l'automne.

Mais "Pizza" a dû finalement renoncer en raison d'une blessure à un adducteur contractée la veille à l'entrainement.

A Dortmund, le trio magique Aubameyang-Reus-Mkhitaryan voudra surfer sur la vague de la brillante victoire jeudi sur Tottenham (3-0), dimanche face à Mayence (5e/40 pts).

L'entraîneur Thomas Tuchel sait mieux que quiconque que l'adversaire n'est pas à prendre à la légère, lui qui a bâti sa réputation sur le banc de Mayence avant de rejoindre le club de la Ruhr.

Si l'attaque reste l'atout maître, le Borussia peut aussi compter sur une défense resserrée depuis la reprise: seulement trois buts concédés en 12 matches, toutes compétitions confondues!

Mönchengladbach (6e/39 pts) pourrait en profiter pour réintégrer le top-5 en recevant l'Eintracht Francfort (16e).

De son côté, le Hertha Berlin a pris une option sur le podium dès vendredi soir en décrochant sa première victoire en dix ans contre Schalke (2-0). Les Berlinois consolident leur 3e place et leur rêve de Ligue des champions, avec désormais quatre points d'avance sur le club de Gelsenkirchen. Avec un compteur bloqué à 41 points, ce dernier voit sa 4e place menacée par Mayence (40 pts) et surtout Mönchengladbach (39 pts), qui reçoit samedi l?Eintracht Francfort (16e).

Le programme (en heures GMT)

Vendredi:

Hertha Berlin - Schalke 2 - 0

Samedi:

(14h30) Mönchengladbach - Eintracht Francfort

Hanovre - Cologne

Hoffenheim - Wolfsburg

Darmstadt - Augsbourg

Ingolstadt - Stuttgart

(17h30) Bayern Munich - Werder Brême

Dimanche:

(14h30) Leverkusen - Hambourg

(16h30) Dortmund - Mayence