Allemagne. Au Bundestag, les libéraux ne veulent plus s’asseoir à côté de l’extrême droite

·1 min de lecture

La future répartition des sièges des députés allemands fait débat au sein du Bundestag. À l’origine des discussions, les libéraux du FDP, qui souhaitent s’éloigner des élus de l’AfD.

En Allemagne, les députés libéraux du FDP en ont assez. À l’approche de la première séance du Bundestag, le 26 octobre prochain, ils indiquent ne plus vouloir siéger dans l’hémicycle aux côtés de l’extrême droite. “Jusqu’à présent, l’AfD était installée à l’extrême droite vu des bancs du gouvernement, puis venaient le FDP, la CDU-CSU, les Verts, le SPD et die Linke, rapporte la Süddeutsche Zeitung.

Le FDP préférerait désormais être au milieu.”

“On n’entend pas seulement ce que l’AfD dit au micro mais aussi les insultes que les députés murmurent et crachent entre leurs dents, explique au titre munichois le parlementaire Marco Buschmann (FDP). C’est difficile à supporter.” Lors de la dernière législature, il affirme avoir été traité de “terroriste” par sa voisine de siège, la parlementaire d’extrême droite Beatrix von Storch (AfD).

À lire aussi: Le chiffre du jour. “On se sent un peu à l’étroit au Bundestag”

L’affaire a été examinée début octobre, par le Vorältestenrat, une commission composée des représentants des groupes parlementaires fraîchement élus, et de l’ancien président chrétien-démocrate du Bundestag Wolfgang Schäuble (CDU). Mais ses membres n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur une nouvelle répartition spatiale. Les conservateurs ont notamment refusé de laisser leur place, invoquant la “tradition”.

Des places juste devant les caméras

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles