Allemagne: les anti-masques pas autorisés à manifester près du Bundestag

Jeanne Bulant avec AFP
·2 min de lecture
Le Bundestag (Photo d'illustration) - -
Le Bundestag (Photo d'illustration) - -

Le gouvernement allemand, qui craint des débordements, a interdit à des militants anti-masques de se réunir mercredi près du siège du Parlement à Berlin, où doivent être votées de nouvelles mesures contre la pandémie.

Le ministère fédéral de l'Intérieur a annoncé mardi dans un communiqué avoir rejeté pas moins de douze demandes d'autorisation à manifester près des deux chambres parlementaires allemandes, dont l'une d'elle avait déjà fait l'objet d'une tentative d'intrusion violente fin août par des anti-masques.

De nouvelles restrictions votées mercredi

Les manifestants entendent protester contre le vote par les deux chambres prévu mercredi, de nouvelles mesures de restrictions destinées à enrayer la pandémie de Covid-19.

"L'autorisation n'est donnée que s'il n'y a aucune raison de craindre que soient entravés les activités du Bundestag ou le libre accès à ses bâtiments. (...) Ces conditions ne sont pas remplies", estime le ministère.

Le gouvernement justifie notamment cette interdiction par "un appel à bloquer l'accès au Bundestag et au Bundesrat", la chambre haute, repéré sur les réseaux sociaux par la police.

La police redoute des débordements voire des attaques

La police redoute aussi, selon une lettre du responsable de la sécurité du Bundestag adressée aux députés et citée dans la presse allemande, que le siège du Parlement et les personnes qui y travaillent soit visé par "des attaques".

Le Bundestag, situé près de la Porte de Brandebourg, avait déjà été la cible le 29 août d'une tentative d'occupation par des militants anti-masques, repoussée in extremis par la police.

Il y a dix jours, un rassemblement d'anti-masques, réunissant opposants aux vaccins, tenants de thèses complotistes et militants d'extrême droite, avait réuni près de 20.000 personnes à Leipzig et s'était soldé par des violences et arrestations.

Article original publié sur BFMTV.com