Elle allaite son bébé en public à Disneyland Paris et se fait réprimander

·2 min de lecture

Alors qu'elle allaitait sa fille de neuf semaines sur un banc de Disneyland Paris, deux agents du parc sont venus lui demander de partir ou de se couvrir. 

A peine rouvert, Disneyland Paris s’attire les foudres des internautes. Mardi matin, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, a envoyé un tweet à destination du célèbre parc d’attractions français. «Cher Disneyland Paris, allaiter un bébé n’est pas un délit. Que vous ayez des salles dédiées c’est bien, mais on ne décide pas où et quand un bébé va avoir faim. Ne vous mettez pas vous aussi à stigmatiser les mères, c’est assez dur comme ça partout ailleurs. Merci d’avance.».

Une pique pour commenter une photo publiée deux jours plus tôt sur le même réseau social sur laquelle on voit une touriste se faire interpeller par deux agents du parc situé en Seine-et-Marne. «Hier (samedi, ndlr) vos agents de sécurité ont empêché une maman d’allaiter son bébé de 2 mois au motif que cela choquait la clientèle étrangère ! En France, en juillet 2021 ! Délit d’entrave à l’allaitement on en est où ?», s’exclame l’auteure du tweet.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Que s’est-il passé ?

Depuis deux jours, Disneyland Paris est alors au centre des critiques et des railleries. Contactée par «Le Parisien», l’Australienne en question, qui habite à Paris, a expliqué que sa fille de neuf semaines s’est mise à pleurer pendant que son mari et sa fille de cinq ans finissaient une attraction. C’est après dix minutes passées sur le banc où elle allaitait son bambin que les agents sont venus lui demander de se(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles