"On allait mourir, c'était écrit" : le premier policier à être intervenu au Bataclan témoigne

·1 min de lecture

Au dixième jour du procès des attentats du 13-Novembre, mercredi, le premier policier de la BAC a être entré au Bataclan, quelques minutes après le début de la tuerie, a témoigné à la barre. Ce commissaire était avec l’un de ses collègues et a tué l’un des terroristes au péril de sa vie. Il a raconté son intervention à haut risque qui s'est décidée en un regard échangé entre ce commissaire et son équipier. Ils se sont ainsi mis d’accord pour pousser les portes du Bataclan "en pensant qu’on ne les franchirait pas dans le sens retour", acte d’emblée le policier.

Avec pudeur, il décrit d’abord "un tapis de corps", et puis une voix, celle d’un terroriste qui menace un otage près de la scène.

Le fonctionnaire tire quatre coups, le terroriste tombe, et se fait exploser. Dans sa kalachnikov, une cartouche est chambrée ; le commissaire vient de sauver l’otage, avant d'être ensuite la cible de tirs. Par reflexe, il dit adieu à ses proches. "On allait mourir ce soir là, c’était écrit", explique-t-il.


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles