Allègement du confinement: ce que l'on sait, ce qui doit encore être décidé

Thomas Soulié avec Jeanne Bulant
·3 min de lecture

Noël, réouverture des commerces, déplacements... Emmanuel Macron est attendu mardi sur de lourdes questions, alors que monte l'impatience d'un allègement des contraintes imposées aux Français pour affronter la deuxième vague de Covid-19.

Alors que le pic épidémique de la deuxième vague semble avoir été franchi en France, Emmanuel Macron s'apprête à "fixer un cap" et apporter "de la clarté" aux Français sur les suites de la crise sanitaire lors de son allocution télévisée prévue mardi soir.

"Rien n'est pire que l'incertitude et l'impression d'une morosité sans fin", a déclaré Emmanuel Macron au Journal du Dimanche.

Un allègement en trois temps

Plutôt qu'un déconfinement, la France se dirige vers une adaptation de l'actuel confinement, un allégement qui devrait avoir lieu en trois temps. Cet assouplissement en trois paliers a été évoqué par Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, toujours dans les colonnes du JDD.

Le premier assouplissement devrait donc avoir lieu autour du 1er décembre avec la réouverture des commerces. A priori, celle-ci devrait intervenir le samedi 28 novembre, même si la date du 27 novembre est encore en discussion au sommet de l'État, selon nos informations. Cette date devrait être tranchée mardi matin, lors du très probable conseil de défense qui devrait précéder la prise de parole du président.

À partir du 1er décembre, les cérémonies religieuses devraient à nouveau être autorisées dans les lieux de culte. Une fois encore, le chef de l'État devra arbitrer la date précise: s'agira-t-il du 28 novembre ou du 1er décembre précisément? Une jauge du nombre de fidèles au mètre carré devrait également être adoptée dans le cadre de ces cérémonies.

Le deuxième assouplissement, lui, devrait intervenir au début des vacances scolaires. Mais selon nos informations, de nombreuses zones d'ombre persistent encore au sujet de cette deuxième étape, car l'objectif est de permettre aux Français de se déplacer dans tout le pays. La question qui demeure est: comment?

Les 3 étapes du déconfinement en vidéo :

Une conférence de presse gouvernementale prévue

Les attestations dérogatoires seront toujours nécessaires pour pouvoir se déplacer à partir du 1er décembre. Mais celles-ci seront-elles abrogées après le 18 décembre? La règle des 1km de déplacement maximum sera-t-elle levée à ce moment-là, sachant qu'il s'agit de la mesure la plus impopulaire dans les récents sondages. Dans le JDD, Gabriel Attal a répété que le confinement allait "se poursuivre" et donc que "la limitation des déplacements aussi". L'exécutif réfléchit en tout cas à l'éventualité de mettre en place un nouveau couvre-feu.

Une conférence de presse du gouvernement, probablement en présence de Jean Castex, devrait avoir lieu mercredi ou jeudi afin de développer les modalités des mesures annoncées mardi par Emmanuel Macron, et de détailler le calendrier des jours et semaines à venir.

Le troisième étape, plus éloignée et plus hypothétique

Le troisième allégement des mesures de restriction, lui, est plus hypothétique. Au mois de janvier 2021, l'exécutif devra réexaminer le cas des bars, restaurants, salles de sport, théâtres et autres cinémas afin de prendre une décision en fonction de la situation épidémiologique à ce moment-là. Selon nos informations, ces établissements ne devraient donc pas rouvrir en décembre.

Lors de son allocution, Emmanuel Macron devrait aborder la question des vaccins contre le Covid-19, afin de montrer que la France se prépare. Selon le porte-parole du gouvernement, la France a déjà signé trois contrats, à hauteur de 30 millions de doses par contrat et trois autres signatures sont en cours.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :