Céréales, yaourt aux fruits, légumes préparés… les aliments ultra-transformés favoriseraient les crises cardiaques

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Man having a heart attack.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les personnes qui consomment régulièrement des aliments riches en additifs sont plus à risque de faire une crise cardiaque, révèle une étude.

En France, chaque année, environ 40 000 personnes décèdent d’un arrêt cardiaque. L’événement, aussi appelé infarctus du myocarde, se produit lorsque le muscle du cœur n'est plus irrigué par le sang. Il fait suite à l'obstruction d'une artère coronaire, favorisée par une mauvaise alimentation. Une étude menée par des chercheurs italiens vient confirmer ce risque.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Il avait 35 ans, faisait un infarctus massif et n’avait qu’un seul signe : une douleur au coude gauche"

La recherche publiée dans l’European Heart Journal a suivi pendant plus de 10 ans 1 171 personnes qui souffraient d’une maladie cardiovasculaire. Les scientifiques ont notamment passé au crible la consommation d’aliments ultra-transformés des participants, c’est-à-dire de la nourriture qui contient divers additifs, tels que des colorants, des conservateurs, des antioxydants, des agents antiagglomérants, des réhausseurs de goût et des édulcorants. Les sodas et les plats préparés font partie de cette catégorie d’aliments, tout comme les pâtes à tartiner, les céréales et les yaourts aux fruits.

70% plus de risque d’une deuxième crise cardiaque

Les chercheurs ont utilisé le système NOVA, un système qui classe les aliments en fonction de leur degré de transformation et non de leur valeur nutritionnelle. "Ainsi, même si un aliment est équilibré sur le plan nutritionnel, il peut être considéré comme ultra-transformé", note Santelog.

Les résultats montrent que les personnes qui ont une consommation plus élevée d'aliments ultra-transformés ont un risque accru de près de 70 % d'une deuxième crise cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral "fatal". Également, le risque de décès est accru de 40 % comparé à ceux qui consomment des aliments frais.

"Il est temps de ne plus faire la distinction entre aliments sains et malsains uniquement sur la base de la valeur nutritive, estiment les chercheurs. Les légumes frais ne sont pas les mêmes que les légumes précuits et assaisonnés, et il en va de même pour de nombreux autres aliments."

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "80 000 personnes font un infarctus chaque année en France, alors que c’est très simple à éviter"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles