Alimentation:« Les produits ultra transformés doivent être taxés, comme le tabac l’a été », selon Thierry Marx

Alimentation ultra-transformée : quels impacts sur la santé ? (22/09)

« Que ton alimentation soit ta première médecine », professait Hippocrate. La science en témoigne. L’alimentation est l’un des déterminants majeurs dans la survenue de maladies chroniques (obésité, maladies cardiovasculaires, diabète, cancers) dont le coût humain, social et économique est considérable. Or, comme le rapporte l’INSEE, la part de consommation d’aliments bruts cède, chaque année, un peu plus de terrain aux produits transformés et aux plats préparés.

C’est dans ce contexte que l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques a organisé une audition en présence de spécialistes. L’objectif était d’explorer les impacts de la consommation d’aliments ultra-transformés et de s’intéresser aux conséquences sur les habitudes alimentaires. Parmi les personnes auditionnées, le chef cuisinier Thierry Marx tire la sonnette d’alarme.

« Ce qui se prépare est quelque chose de dramatique »

Sociologue et professeur à l’université de Toulouse, Jean-Pierre Poulain tire les conclusions de l’observation de ces dernières années. Avant l’épidémie, 9, 3 millions de personnes étaient en dessous du seuil de pauvreté et subissaient des tensions sur leur budget alimentaire. En 2021, c’était 1 million de plus nous précise le sociologue. « Ce qui se prépare est quelque chose de dramatique […] La situation va s’aggraver par les effets sur le prix et les effets conjoncturels » conclut-il. Or, comme le relève le chef cuisinier Thierry Marx, cette mauvaise alimentation « a un impact colossal sur la santé publique ».

« Nous avons une alimentation à deux vitesses »

Pour le chef étoilé Thierry Marx, ce constat est d’autant plus inquiétant qu’il repose, avant tout, sur une inégalité socio-économique qui ne cesse de s’intensifier. « Avant, nous avions une fracture sociale, aujourd’hui nous avons une alimentation à deux vitesses » insiste-t-il. (...) Lire la suite sur Public Sénat

Affaire Quatennens : « LFI, un parti qui reste stalinien » selon Vanessa Schneider

Mahmud Nasimi, auteur à succès d’un « afghan à Paris » attend toujours sa naturalisation

Electricité : « Je ne pense pas qu’il y aura des coupures », assure Ernest Urtasun

Affaire Quatennens : « Nous n’échappons pas à ces violences, la différence c’est qu’on en a conscience », plaide Manon Aubry (LFI)

L’indemnité des sapeurs-pompiers volontaires revalorisée sur fond de crise des vocations