Alimentation: le Nutri-score modifie les habitudes de consommation des Français

de la Torre, Jean-Baptiste
Les ventes de produits notés A et B sont en progression cette année. / LAURIE DIEFFEMBACQ/AFP

Les produits classés A et B gagnent des parts de marché dans la plupart des rayons, selon une étude Nielsen. Cependant, les achats restent encore majoritairement orientés vers des produits de basse qualité nutritionnelle.

Voilà maintenant deux ans, le Nutri-score débarquait dans les rayons des magasins français. Cet indicateur, qui se veut simple et visuel, utilise une notation par lettres (de A à E) et couleurs permettant au consommateur d’évaluer rapidement la qualité nutritionnelle d’un produit. Si seulement 14% des Français déclarent lui accorder de l’importance, les résultats des ventes sur le début d’année 2019 mettent en évidence un lien entre l’arrivée du Nutri-score et une plus forte appétence pour les produits sains.

» LIRE AUSSI - Serge Hercberg, l’homme qui a imposé le Nutri-Score

D’après la société d’analyse de données Nielsen, les ventes de produits ayant obtenu les notes A ou B sont en progression cette année (respectivement +1% et +0,8%), alors que les produits notés C et D reculent (-1,1% et -0,2%).

Pour Emmanuel Fournet, Directeur Insights Distribution chez Nielsen, «ces chiffres sont la résultante d’un triple phénomène, conjonction de la volonté gouvernementale, des aspirations sociétales et des initiatives des différents acteurs, industriels et distributeurs. Les marques sont de plus en plus enclines à lancer des produits plus sains, à revoir leurs recettes, et les consommateurs montrent un appétit certain pour des produits plus sains.»

Ce changement dans les préférences des consommateurs rebat les cartes dans les rayons. Pour Emmanuel Fournet, «de plus en plus, les nouveaux produits arrivant en rayon proposent des compositions moins sucrées, moins grasses». Ainsi, les entreprises qui ont su s’adapter aux nouvelles attentes des consommateurs, en rendant leurs produits plus sains, bénéficient de bons résultats.

LIRE AUSSI - Étiquetage: Nestlé prend fait et cause pour le Nutri-Score

C’est particulièrement vrai pour le «jambon cuit». Après (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Les dangers des aliments ultra-transformés 
Étiquetage alimentaire: une pétition pour rendre le Nutri-score obligatoire 
Les géants de l’agroalimentaire contraints de se réinventer 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro