Alimentation. L’intenable régime de l’Anthropocène

·1 min de lecture

Le régime alimentaire des pays les plus riches est cruel pour la planète, les animaux, et les consommateurs, observe The Economist. La science et les nouvelles technologies peuvent aider à fournir des aliments plus écologiques. Reste à savoir si les consommateurs le souhaitent.

“Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es.” Dans un dossier consacré au “régime de l’Anthropocène – “quand les désirs humains deviennent une force qui transforme la planète” – The Economist appelle à renverser la maxime du gastronome français Jean Anthelme Brillat-Savarin [1755-1826]. “Décider d’abord du genre de personne que vous voulez être, et du type d’exploitation des ressources que vous voulez incarner, puis changer le monde de manière à produire une alimentation correspondant à cette vision.”

Le régime alimentaire “hypercarné et incroyablement riche en choix qu’ont adopté les populations les mieux loties de la planète provoquerait la stupeur des générations précédentes”, observe le magazine britannique. Mais il a également un coût : ce régime est “cruel pour les animaux et ne tient compte ni de l’avenir des consommateurs ni de celui de la planète.”

À lire aussi: Cultures durables. Quand notre alimentation se cultivera au passé

“Et si le système pouvait changer ?” demande The Economist dans une série d’articles consacrés aux nouvelles technologies, outils de transformation du secteur agroalimentaire, capables non pas de maintenir les vieilles formes d’agriculture en les rendant moins cruelles et plus durables, mais de proposer des solutions complètement inédites

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles