Alimentation : faut-il avoir peur des «NBT», considérés comme les nouveaux OGM ?

© RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Vous connaissez les OGM, ces organismes génétiquement modifiés très décriés. Interdits en France, ils pourraient pourtant être remplacés par une autre manipulation génétique, les NBT (pour nouvelles techniques de sélection, ndlr). Pour le moment, seule une variété de maïs modifié pour résister aux insectes ravageurs est cultivable en Europe, mais d'ici 2050 cela pourrait changer . Faut-il pour autant en avoir peur, malgré un intérêt certain pour l'agriculture ?

Une technique plus naturelle

Contrairement aux OGM, les NBT ne franchissent pas la barrière des espèces. C'est une technique de manipulation génétique plus naturelle. L'objectif est de rendre les céréales, les fruits et les légumes de demain plus résistants aux changements climatiques et aux maladies.

"On va prendre un blé cultivé en France et dedans, on peut envisager de recopier les caractéristiques de séquences qu'on a retrouvé dans un blé en Chine ou dans un autre pays, et qui peut conférer une résistance, par exemple, à la sécheresse accrue ", explique Pierre Barret, qui mène des recherches sur les NBT dans l'unité génétique et écophysiologie des céréales à l'Inrae.

>> À RÉÉCOUTER - Comment l'industrie agroalimentaire innove pour une alimentation saine et responsable ?

Objectif : diversifier notre alimentation

L'autre ambition des NBT est d'enrichir notre alimentation, selon le spécialiste. "On va pouvoir domestiquer des plantes qui aujourd'hui sont des plantes sauvages ou des plantes semi-sauvage et les fai...


Lire la suite sur Europe1