Question de la semaine : quand un aliment tombe par terre, la "règle des cinq secondes" est-elle valable ?

"Est ce que la théorie selon laquelle "si l'aliment a touché le sol moins de cinq secondes, il n'est pas contaminé" est valable ?", nous demande Olivier Ebrard sur la page Facebook de Sciences et Avenir. Chaque semaine, nous sélectionnons une question de lecteur pour lui apporter une réponse. Merci pour votre insatiable curiosité.

Si un aliment tombe par terre et qu'il est ramassé en moins de cinq secondes après sa chute, il évite la contamination bactérienne et peut donc être consommé en toute sérénité. Cette croyance populaire, largement répandue (56 % des étudiants et 70 % des étudiantes de l'université de l'Illinois, aux États-Unis, la pensent exacte, selon ), est pourtant fausse, comme l'a démontré une étude publiée en 2016 dans la revue .

Les bactéries peuvent contaminer instantanément la nourriture

Pour cette expérience, les chercheurs ont fait tomber quatre aliments (de la pastèque, du pain, du pain beurré et des bonbons gélatineux) sur quatre surfaces différentes (bois, tapis, acier inoxydable et carreaux en céramique), et les ont successivement laissés par terre moins d'une seconde, cinq, 30 ou 300 secondes. Chaque surface a été inoculée de bactéries Enterobacter aerogenes, un "cousin" non pathogène de Salmonella que l'on trouve naturellement dans le système digestif humain. Les scientifiques ont ainsi reproduit 128 scénarios, et ce 20 fois chacun, soit un total de 2.560 mesures à effectuer !

Un travail fastidieux qui a permis aux scientifiques de conclure avec certitude que l'aliment est contaminé quel que soit le temps qu’il reste à terre. Toutefois, de manière globale, "plus la nourriture reste longtemps au sol et plus le nombre de bactéries transférées du sol vers sa surface est important", précise dans Donald Schaffner, principal auteur de l'étude. La "règle des cinq secondes" n'est donc pas totalement dépourvue de sens... "Cette croyance est une simplification importante de la réalité, résume le chercheur. En fa[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi