Alien, Halo, Robocop... : les projets maudits de Neill Blomkamp

Clément Cuyer
Neill Blomkamp fête aujourd'hui ses 40 ans. Si on lui doit le culte "District 9" ou encore "Elysium", le réalisateur sud-africain se distingue également depuis plusieurs années par nombre de projets avortés, et pas des moindres. Serait-il maudit ?

Neill Blomkamp fête aujourd'hui ses 40 ans. Si on lui doit le culte District 9 ou encore Elysium, le cinéaste sud-africain se distingue également depuis plusieurs années par nombre de projets avortés, et pas des moindres : l'adaptation cinématographique du jeu vidéo culte Halo, le cinquième volet de la saga Alien et le reboot de Robocop. Considéré par beaucoup comme un petit génie de la SF, Neill Blomkamp serait-il maudit ? Retour sur ses rendez-vous manqués...

Après avoir débuté sa carrière en travaillant sur les effets visuels des séries Smalville et Stargate SG-1, Neill Blomkamp signe en 2005 Alive in Joburg, un court métrage mettant en scène des réfugiés aliens dans sa ville natale de Johannesburg. L'oeuvre de six minutes impressionne à tel point qu'un certain Peter Jackson fait appel au jeune homme, alors seulement âgé de 26 ans, pour adapter sur grand écran le jeu vidéo culte Halo.

Exclu : entretien avec Neill Blomkamp, créateur du court "Conviction" sur l'univers du jeu Anthem

Malheureusement pour Blomkamp, même avec le soutien d'un poids lourd comme le réalisateur du Seigneur des Anneaux, le projet d'un film Halo ne parvient pas à être lancé, la faute à des problèmes de financement. C'est un coup dur pour le jeune cinéaste mais la pilule se révèle doublement aisée à avaler : il enchaîne vite, toujours aux côté de Peter Jackson, avec le remarqué long métrage District 9, inspiré de son court; et il peut voir avec soulagement que le serpent de mer Halo sur grand écran peine toujours autant à se concrétiser. Aujourd'hui, près de quinze ans après, le projet est même au point mort, et c'est une série qui est en préparation chez Showtime.

Après le succès District 9, Neill Blomkamp confirme en 2013 et 2015 avec les plus hollywoodiens Elysium et Chappie, qui lui offrent la possibilité de diriger des stars internationales comme Matt Damon et Hugh Jackman. Sur des rails solides, le Sud-africain se voit alors proposer un deuxième projet culte : relancer la saga Alien avec un cinquième volet officiel. Nous sommes au début de l'année 2015 et Neill Blomkamp ne cache pas son enthousiasme.

Neill Blomkamp dévoile Rakka, un court métrage de SF avec Sigourney Weaver

Las, cet Alien 5 ne verra pas le jour. Le projet se voit en effet "bloqué" par la mise en chantier par Ridley Scott... d'Alien: Covenant, la suite de Prometheus. Une drôle de situation dans la "Aliensphere" dont Blomkamp ne parviendra pas à s'extirper, le cinéaste annonçant la mort du projet en juin 2017. Et le sort semble s'acharner sur le Sud-Africain : engagé pour "rebooter" le classique RoboCop à l'été 2018, il annonce il y a quelques semaines, après un an de développement, quitter le projet, les studios MGM désirant selon lui lancer immédiatement la production, contrairement à ses souhaits.

Halo, Alien, Robocop... Autant de projets XXL avortés pour Neill Blomkamp qui pouraient lui conférer l'image d'un cinéaste maudit et le pousser au découragement. Pourtant, le tout jeune quarantenaire n'abandonne pas. Malgré les embûches, il reste hyperactif, signant Oats, une série anthologique SF (avec notamment Sigourney Weaver, qui ne l'aura jamais lâché) ou créant un court métrage sur l'univers du jeu vidéo Anthem. Aujourd'hui, Blomkamp est déjà dans le "post-Robocop" et prépare son quatrième long métrage. Loin, cette fois, de tout objet de culte : il s'agira, selon ses propres dires, d'un "thriller horrifique".

La bande-annonce de "District 9", le premier long métrage de Neill Blomkamp :