Alice Taglioni : pourquoi son passage dans Hélène et les Garçons l'a dégoûtée du métier

·1 min de lecture

Si Alice Taglioni a pris un peu de distance avec sa carrière sur le grand écran, elle n'en affiche pas moins un CV remarquable. De ses rôles de femme fatale dans les comédies Mensonges et trahisons et plus si affinités... (2004) et La Doublure (2006) à ses personnages moins glamour dans La proie ou Cookie, la nouvelle membre des Enfoirés s'est fait une place au soleil. Au point de voir son nom régulièrement au générique de téléfilms ces dernières années. Mais sa vie de famille recomposée bien remplie la contraint à effectuer quelques concessions sur sa vie professionnelle. Pour nos confrères de Gala, la compagne de Laurent Delahousse a accepté de revenir sur son parcours, débuté dans des cabarets et des clubs qui lui ont donné la passion du théâtre. De bons souvenirs, au contraire de son premier rôle dans la sitcom Hélène et les garçons à l'âge de quinze ans, qu'elle souhaite effacer de sa mémoire.

Son témoignage sur l'ambiance qui régnait sur le plateau de tournage est en effet terrible...et, avec le recul, prémonitoire. "J'en n'ai pas un très bon souvenir parce que je peux vous dire que si à l'époque il y avait déjà eu Me Too... je sais que je m'étais sentie un peu mal à l'aise", consent-elle, parvenant difficilement à trouver ses mots.

Et d'avancer les raisons de son mal-être : "Je me sentais un peu reluquée. Il faut vraiment dire ce qui est. Du coup, ça ne m'avait pas du tout donné envie de côtoyer ce milieu-là." Alice Taglioni n'est pas la seule personnalité connue à avoir (...)

Lire la suite sur le site de Voici

"Il a commencé à lâcher prise" : pourquoi Patrick Juvet allait terriblement mal ces dernières années
Yseult se compare à Johnny Hallyday et s'attire les foudres des internautes
Emmanuel Macron provoque la colère des médecins : l'un d'eux témoigne et s'en prend au président
Mort de Patrick Juvet : pourquoi son ami Marc Lavoine a refusé de s'exprimer
Touche pas à mon poste : les internautes s'inquiètent de l'absence prolongée de Jean-Michel Maire