Un algorithme défavorise les patients noirs qui nécessitent une greffe de rein

·2 min de lecture
Une étude inquiétante (illustration Getty Images)
Une étude inquiétante (illustration Getty Images)

Les algorithmes, toujours objectifs ? Pas vraiment, à en croire une étude venue d’Harvard, qui tend à prouver que les Afro-Américains sont désavantagés dans l’obtention d’une greffe de rein.

Ils sont nombreux, les facteurs expliquant le fait que, bien que davantage sujets aux maladies chroniques, les Afro-Américains en sont moins bien soignés. Mais celui mis en exergue par l’école de médecine d’Harvard est parmi les plus inattendus : les algorithmes empêchent certains patients noirs de bénéficier d’une greffe de rein. Et ce alors même qu’ils sont de plus en plus utilisés pour orienter la prise de décision dans un nombre de domaines sans cesse croissant.

De la couleur de peau à la qualité des soins

Pour ce qui concerne la greffe de rein, la publication d’Harvard démontre que parmi les cas de l’étude, ce sont pas moins de 64 patients qui auraient dû être inscrits comme étant en attente de greffe rénale. Mais ils ne l’ont pas été parce qu’ils sont noirs, et parce que l’algorithme prend en compte ce facteur dans sa méthode de calcul.

En effet, l’origine ethnique, ou “race” en VO, contribue au résultat final. Et les personnes noires, auxquelles ont attribue des scores rénaux plus sains qu’aux personnes blanches, sont par conséquent défavorisées lorsqu’il s’agit de lire la gravité de la maladie. “Vous êtes noir, votre foie est en meilleure santé”, dit en substance l’algorithme. Un raccourci tendant à masquer les nuances du cas-par-cas, et donc à éloigner certaines personnes, en l’occurrence, de l’accès à la greffe de rein.

Les études à ce sujet sont encore peu nombreuses. Mais à la lecture de celle publiée par l’école de médecine d’Harvard, il est probable que ce facteur racial soit également inclus dans d’autres maladies en partie traitées par algorithmes. Ce qui rendrait l’accès à la santé plus difficile pour les Afro-Américains, une difficulté supplémentaire qui pourrait être évitée.