Alger rappelle son ambassadeur à Paris après des déclarations de Macron

·1 min de lecture
Irritée par des déclarations d'Emmanuel Macron sur la guerre d'Algérie, Alger a décidé de rappeler son ambassadeur. 
Irritée par des déclarations d'Emmanuel Macron sur la guerre d'Algérie, Alger a décidé de rappeler son ambassadeur.

Rien ne va plus entre l?Algérie et la France. Samedi 2 octobre, Alger a annoncé qu?il rappelait son ambassadeur à Paris pour consultations. L?information a d?abord été diffusée par la télévision publique algérienne, citant un communiqué officiel laconique : « L?Algérie rappelle son ambassadeur [Mohamed Antar-Daoud, NDLR] à Paris pour consultations et un communiqué sera diffusé sur le sujet. »

Selon toute probabilité, la colère d?Alger a été provoquée par les récentes déclarations d?Emmanuel Macron ? un article du Monde faisant particulièrement polémique depuis vendredi. Lors d?une rencontre avec des descendants de participants au conflit algérien, le président de la République a en effet eu des mots durs avec l?Algérie post-coloniale, dénonçant notamment la « rente mémorielle » entretenue à dessein par « le système politico-militaire ». Une rente mémorielle qui, selon Emmanuel Macron, serait animée au moyen d?une « histoire officielle totalement réécrite », reposant essentiellement sur un récit parcellaire de la guerre d?Algérie. Un discours qui, selon le président de la République, « repose sur une haine de la France ».

À LIRE AUSSIHarkis : Emmanuel Macron prononce son « discours du Vél' d?Hiv »

Un premier pic de tensions en 2020

De telles déclarations ont de quoi susciter l?ire d?Alger, surtout dans le contexte des nettes réductions de visas annoncées par Paris en début de semaine. C?est d?ailleurs la seconde fois qu?Alger convoque son ambassadeur à Paris de [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles