Algérie: RSF s'inquiète de la liberté de la presse

·2 min de lecture

A l'approche du référendum constitutionnel de dimanche, Reporters Sans Frontières appelle les autorités algériennes « à prendre les mesures qui s'imposent pour que l'Algérie nouvelle, souhaitée par le président Tebboune, s'accompagne de réels progrès en matière de liberté de la presse ».

L'ONG déplore un recul régulier du libre exercice du journalisme depuis des années et, selon elle, la situation ne s'est pas améliorée depuis l'arrivée au pouvoir d'Abdelmadjid Tebboune.

Pour Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de Reporters sans Frontières, joint par Sébastien Duhamel du service Afrique de RFI, le cas le plus symptomatique est celui de Khaled Drareni, correspondant de TV5 Monde et RSF, condamné en appel, le 15 septembre, à deux ans de prison ferme pour « incitation à attroupement non armé et atteinte à l'unité nationale ».

À lire aussi : Le maintien en détention du journaliste algérien Khaled Drareni provoque l'indignation

« C’est le cas qui a le plus marqué cette première année du mandat du président Tebboune. C’est quand même le procès de notre confrère Khaled Drareni et l’acharnement judiciaire dont a été victime Khaled.

Les sentences qui ont été émises par l’exécutif, que ce soit le président Tebboune lui-même ou le ministre de la Communication, à plusieurs reprises, soulignent à quel point l’exercice du journaliste libre et indépendant que symbolisait Khaled, puisse agacer le régime. C’était le procès du journaliste, avec un acharnement sans égal, jamais observé en Algérie, contre un journaliste !

Par contre, ce que visait le régime, c’est-à-dire dissuader les jeunes journalistes - algériennes et algériens -, qui portent en eux cette vocation, n’a pas abouti, dans le sens où, au vu de la mobilisation des journalistes en Algérie sur le cas Khaled, démontre à quel point le régime s’est trompé de bataille ».

Pour rappel, l'Algérie figure à la 146ème place sur 180 du classement mondial de la liberté de la presse 2020. Elle a perdu cinq places par rapport à 2019 et 27 par rapport à 2015.