Algérie: le président Tebboune atteint du coronavirus, dans un climat d'incertitude

Abdelhafid DAAMACHE, avec Philippe AGRET à Tunis
·4 min de lecture
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune en janvier 2020 à Alger
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune en janvier 2020 à Alger

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a été contaminé par le coronavirus, plongeant le pays dans un climat d'incertitude politique au lendemain d'un référendum constitutionnel qui s'est traduit par un revers cinglant pour le régime.

M. Tebboune, âgé de 74 ans et gros fumeur, "continue de recevoir un traitement dans un hôpital spécialisé allemand, après avoir été infecté par le nouveau coronavirus", a indiqué la présidence algérienne dans un bref communiqué.

"Le staff médical assure que Monsieur le Président réagit au traitement et que son état de santé s'améliore progressivement conformément au protocole sanitaire", précise la présidence.

M. Tebboune avait été transféré en urgence le 28 octobre en Allemagne --à Cologne et à bord d'un avion médicalisé français, selon des médias algériens-- après l'annonce de cas suspects de Covid-19 dans son entourage. Il s'était placé en isolement quelques jours plus tôt.

Il a été admis dans "l'un des plus grands hôpitaux spécialisés en Allemagne" pour subir des "examens médicaux approfondis", selon la présidence, qui n'avait pas communiqué sur l'état de santé de M. Tebboune depuis jeudi.

l'Algérie connaît une recrudescence de la pandémie de Covid-19. Ainsi, 1.989 décès ont été recensés depuis l'enregistrement dans le pays du premier cas le 25 février et au total 58.979 cas ont été officiellement déclarés, selon les autorités.

Pour le moment, M. Tebboune reste en fonction. Lorsque le président est victime d'une maladie grave et durable et se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions, il revient au Conseil constitutionnel de constater l'état d'empêchement, qui doit être voté ensuite à la majorité des deux tiers par le Parlement.

En ce cas, c'est le président du Conseil de la nation, la chambre haute du Parlement, qui assume la charge de chef d'Etat pour une période maximale de 45 jours. Le président par intérim du Conseil est Salah Goudjil, un ancien combattant de la guerre d'indépendance âgé de 89 ans.

M. Tebboune pourra-t-il promulguer sa nouvelle Constitution comme il est de son devoir avant son entrée en vigueur ?

Et dans l'hypothèse où il reprendrait ses fonctions, le président, isolé, se retrouvera dans une position affaiblie, selon des analystes qui jugent sa légitimité "très bancale".

- "Victoire du Hirak" -

L'annonce de sa contamination survient au lendemain du référendum sur la révision de la Constitution algérienne --projet-phare de la présidence Tebboune--, un scrutin marqué par une abstention record.

Le "oui" l'a emporté avec 66,8% des suffrages exprimés mais le taux de participation final s'est établi à 23,7%, un plus bas historique pour une élection en Algérie depuis l'indépendance en 1962.

Seulement un Algérien sur cinq a voté en faveur de la nouvelle Constitution censée fonder une "Algérie nouvelle" et plébisciter le président Tebboune, en quête de légitimité après une élection contestée en décembre 2019.

Premier chef d'Etat à ne pas être issu des rangs des anciens combattants, M. Tebboune, un pur produit de l'appareil d'Etat, est arrivé au pouvoir à la suite d'un scrutin déjà largement boudé par la population (plus de 60% d'abstention).

La très maigre participation au référendum de dimanche, seul véritable enjeu du vote boycotté par l'opposition, constitue un "désaveu massif" pour un régime confronté depuis février 2019 à un soulèvement populaire inédit, le "Hirak", qui exige un changement du "système" en place depuis l'indépendance.

Les partisans du "Hirak" avaient appelé au boycott du scrutin, rejetant "sur le fond et la forme" la révision constitutionnelle perçue comme un "changement de façade".

"C'est une grande victoire du Hirak. Le pouvoir doit prendre acte de son échec et reconsidérer sa feuille de route. Le processus de transition démocratique constituant est la solution"", a estimé lundi Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), après l'annonce des résultats.

Le référendum s'est déroulé dans un climat de répression "implacable" ciblant militants, opposants politiques, journalistes et internautes, selon les défenseurs des droits humains.

Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), qui soutient les prisonniers d'opinion en Algérie, quelque 90 personnes sont actuellement derrière les barreaux, la plupart pour des publications sur Facebook.

ad-agr/hj