ALGÉRIE Le pouvoir se maintient, le pays s’abstient

Libération.fr

Exaspérés par l’immobilisme du régime, beaucoup de citoyens algériens voient les élections législatives de jeudi comme un simulacre de démocratie, et considèrent que le seul moyen de faire trembler le gouvernement est de ne pas aller aux urnes.

Ni printemps ni automne. Ni révolution citoyenne ni dégel démocratique. Le système politique algérien semble inexorablement figé. «Stable», disent ses défenseurs. «Léthargique», rectifient ses détracteurs. Et c’est lors des élections, paradoxalement, que cette inertie est la plus criante. Les éditorialistes algériens en conviennent : le seul enjeu du scrutin législatif de ce jeudi, qui doit élire ou réélire 462 députés pour un mandat de cinq ans, sera celui de la participation. En 2012, 57 % des électeurs s’étaient abstenus, selon les chiffres officiels.

Cette fois-ci, le gouvernement a lancé une vaste campagne de lutte contre l’abstention. «C’est la première préoccupation du pouvoir, qui a besoin de cette légitimation populaire pour exister, explique le politologue algérien Belkacem Benzenine. L’abstention serait interprétée comme un désaccord muet : qu’importent les résultats, puisque l’opposition n’est pas en mesure de le menacer, le régime a besoin d’une forte participation.» Le pouvoir a actionné tous les leviers à sa disposition. La communication, avec un dispositif d’affichage massif dans toutes les villes du pays (celle-ci a tourné au fiasco : les visages choisis pour incarner les électeurs, issus de banques d’images en ligne, n’étaient pas des Algériens). La menace, en adressant une circulaire aux médias les enjoignant de ne pas «donner la parole à des partis qui appellent au boycott». Et la religion, en mobilisant les imams pour appeler les Algériens à aller voter.

Hymne du boycott

Est-ce que cela sera suffisant ? Comme souvent en Algérie, l’humour - dans le camp des abstentionnistes - pourrait constituer le plus efficace des messages politiques : une vidéo en particulier est devenue la référence de cette élection. (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

République tchèque : le Trump local provoque la démission du gouvernement
L’espionne du FBI et le jihadiste de l’EI, l’idylle qui stupéfie l’Allemagne
«En France, la participation est plus forte qu’au pays»
Grand ménage à Hongkong
Timide rapprochement entre les deux principaux protagonistes en Libye

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages