En Algérie, «des policiers m'ont dit qu'ils arrêtaient tous les Noirs»

Libération.fr
A Alger, en juin.

Les autorités ont lancé une nouvelle vague d'interpellations et d'expulsions des migrants subsahariens.

«Je suis dans un bus. Nous avons dépassé Djelfa. Je ne sais pas où l’on va.» Mardi matin, Sanogo, un migrant ivoirien, est transporté avec plusieurs centaines d’autres migrants subsahariens en direction du sud de l’Algérie. Le convoi d’autobus est encadré par la gendarmerie et le Croissant Rouge. Le jeune homme, manœuvre dans un chantier, a été interpellé la veille devant la porte de son domicile, à Blida, 55 kilomètres au sud d’Alger. «Des policiers m’ont dit qu’ils arrêtaient tous les Noirs, qu’on les emmerdait et qu’on devait rentrer chez nous», raconte-t-il, en précisant que les forces de l’ordre ont cassé les portes de plusieurs logements proches du sien pour pouvoir y entrer et y interpeller des migrants.

Depuis le début du mois de septembre, les forces de l’ordre algériennes ont procédé à l’arrestation de plus d’un millier de migrants subsahariens dans la capitale. Presque chaque jour, des gendarmes et des policiers interpellent principalement des hommes, dans la rue, sur les chantiers, dans les logements, dans les bus et dans les taxis. Cette semaine, les arrestations se sont étendues à la wilaya voisine de Blida et laissent craindre une extension de l’opération policière.

Bottes en caoutchouc

«J’étais au travail, sur un chantier géré par une entreprise chinoise, et d’un seul coup un convoi de gendarmerie est arrivé. C’était la panique, tous les ouvriers africains sont montés dans les étages du bâtiment en courant. Les gendarmes sont repartis, mais depuis on se cache dans le chantier la nuit et on dort à tour de rôle», explique Prospère, un Guinéen à peine majeur. «Si on t’attrape, tu perds tout. Tes économies, tes affaires, le salaire que te doit encore le patron. Alors on court dès qu’on voit la gendarmerie», ajoute Benoit, un Béninois.

Dans la périphérie ouest de la capitale algérienne, où les chantiers de logements emploient des dizaines d’ouvriers (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Israël donne suite aux projets de construction de 1.292 logements de colons en Cisjordanie
Israël refuse de parler à un gouvernement palestinien sans désarmement du Hamas
L’EI perd Raqa, son principal fief en Syrie
L’opposant russe Navalny inéligible jusqu’en 2028
Comment la défaite de Merkel en Basse-Saxe va jouer sur son futur gouvernement