À Alger, la marche hebdomadaire des étudiants de nouveau empêchée

Les forces de l'ordre algériennes ont empêché, mardi 4 mai, les étudiants de manifester comme ils le font chaque mardi à Alger. Il y a une semaine, la même marche estudiantine avait été empêchée pour la première fois depuis la reprise fin février des marches du mouvement prodémocratie du Hirak.

Pour la deuxième semaine consécutive, la police algérienne a empêché des étudiants de manifester, mardi à Alger, interpellant des dizaines de personnes avant qu'elles ne puissent commencer à défiler, selon un journaliste de l'AFP.

Les forces de l'ordre étaient déployées depuis le début de la matinée en grand nombre dans le centre de la capitale et dans les rues avoisinantes.

Il y a une semaine, les policiers avaient déjà empêché les étudiants de manifester comme ils le font chaque mardi à Alger, une première depuis la reprise fin février des marches du mouvement prodémocratie du Hirak. Ils avaient également procédé à des arrestations.

Les manifestants arrêtés mardi dernier avaient été relâchés après avoir été contraints de signer un document au commissariat dans lequel ils s'engageaient à ne plus participer aux marches hebdomadaires, sous peine d'être incarcérés en cas de récidive, selon Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH).

Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), plus de 70 personnes sont actuellement incarcérées, poursuivies pour des faits en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles.

Né en février 2019 du rejet massif d'un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika, le Hirak réclame un changement radical du "système" politique en place depuis l'indépendance en 1962.

Avec AFP