Algérie : des opposants arrêtés à la veille des législatives

·1 min de lecture
Karim Tabbou est un visage très populaire de la contestation antirégime, Hirak, déclenchée en février 2019. Il a été arrêté avec trois autres voix critiques, la veille des législatives. 
Karim Tabbou est un visage très populaire de la contestation antirégime, Hirak, déclenchée en février 2019. Il a été arrêté avec trois autres voix critiques, la veille des législatives.

Jeudi en fin de journée, plusieurs arrestations ont ciblé journalistes et activistes à Alger et dans d'autres villes à deux jours de la tenue des législatives anticipées du samedi 12 juin.

Selon Radio M, « le journaliste et directeur des deux médias Radio M et Maghreb émergent, Ihsane El Kadi a été interpellé par des services de sécurité à sa sortie de son bureau à Alger centre ce jeudi 10 juin 2021 en fin d'après-midi ».

Ihsane El Kadi avait été placé sous contrôle judiciaire le 18 mai à la suite d'une plainte déposée par le ministère de la Communication pour « atteinte à la sécurité et l'intégrité de l'unité nationale », et « publications qui nuisent à l'intérêt national ».

À LIRE AUSSIAbdelmadjid Tebboune : « L'islamisme en tant qu'idéologie n'existera plus jamais en Algérie »

Khaled Drareni interpellé

Le ministère de la Communication reproche au journaliste la publication d'un article, le 23 mars, où le patron de médias plaidait contre la « diabolisation » du mouvement Rachad, organisation d'opposants en exil formée notamment d'anciens cadres du Front islamique du salut (FIS), dissous en 1992, et classée « terroriste » par les autorités.

L'autre journaliste interpellé hier en fin de journée à Alger est Khaled Drareni, fondateur du site d'information Casbah Tribune, et correspondant en Algérie pour TV5 Monde et pour Reporters sans frontières (RSF). Interpellé à plusieurs reprises en 2019 et en 2020 lors des manifestations du hirak, il est finalement placé sou [...] Lire la suite