Algérie: offensive judiciaire contre de puissants patrons depuis la chute du président Bouteflika

1 / 2

Algérie: offensive judiciaire contre de puissants patrons depuis la chute du président Bouteflika

Depuis la démission le 2 avril du président Abdelaziz Bouteflika, sous la pression d'un important mouvement de contestation populaire, la justice a ouvert des enquêtes contre plusieurs hommes d'affaires liés à l'ancien clan présidentiel.

La fin du règne du président Bouteflika a des conséquences sur les grandes entreprises du pays. La télévision nationale algérienne a annoncé dans la soirée de mardi le limogeage d'Abdelmoumen Ould Kaddour, PDG du groupe pétrolier et gazier public Sonatrach. Aucune explication n'a été donnée pour cette décision prise par le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah. Un nouveau PDG, Rachid Hachichi, a été nommé pour remplacer M. Ould Kaddour, à la tête depuis 2017 de Sonatrach, un groupe crucial pour l'économie algérienne.

Les hydrocarbures rapportent à l'Algérie plus de 95% de ses recettes extérieures et contribuent pour 60% au budget de l'Etat. L'Algérie produit 1,2 million de barils par jour. Le géant public des hydrocarbures a été secoué ces dernières années par une série de scandales financiers qui ont fait l'objet d'enquêtes en Algérie et à l'étranger.

Issad Rebrab,  1ere fortune d'Algérie et 6e d'Afrique

L'homme d'affaires Issad Rebrab placé en détention provisoire est le fondateur de Cevital, un conglomérat affirmant employer 18.000 salariés sur trois continents, dans l'agroalimentaire, le BTP, la sidérurgie, la distribution, l'électronique et l'électroménager. Le Parquet a délivré tard lundi un mandat de dépôt contre Issad Rebrab qui avait été déféré plus tôt dans la journée après avoir été entendu par la gendarmerie, a indiqué l'agence de...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi