Algérie : nouvelle déferlante de manifestants à Alger pour réclamer le départ du président par intérim Abdelkader Bensalah

franceinfo avec AFP
Pour la première fois, un important dispositif policier a essayé d'empêcher les manifestants de se rassembler près de la Grande Poste, à Alger.

"Bensalah, va dormir chez toi", peut-on lire sur de nombreuses affiches. Un cortège monstre défile dans le centre d'Alger (Algérie), vendredi 12 avril. C'est le huitième vendredi de mobilisation consécutif, mais le premier depuis l'entrée en fonctions du président par intérim Abdelkader Bensalahet l'annonce d'une élection présidentielle pour le 4 juillet. D'importantes manifestations sont aussi en cours à Béjaïa et Tizi Ouzou, principales villes de la région de Kabylie (nord), mais aussi à Constantine et Annaba, troisième et quatrième ville du pays, selon des journalistes sur place.

Les appels à se mobiliser massivement se sont multipliés dès l'annonce, mardi, de l'entrée en fonctions d'Abdelkader Bensalah. Agé de 77 ans, il est le président de la Chambre haute du Parlement depuis dix-sept ans et reste une figure de l'appareil mis en place par Bouteflika. Les slogans visent particulièrement cet apparatchik, chargé d'organiser des élections, ainsi que le général Ahmed Gaïd Salah, qui lui a assuré son soutien.

Une présence policière renforcée

Pour la première fois aussi, depuis le début des manifestations hebdomadaires, des policiers ont tenté d'évacuer, sans toutefois utiliser la force et sans y parvenir, le parvis de la Grande Poste, point de ralliement des contestataires à Alger. Plusieurs dizaines de (...) Lire la suite sur Franceinfo

Cette vidéo peut également vous intéresser :