En Algérie, Macron veut «bâtir l'avenir»

Eric TSCHAEN-POOL/SIPA

Le chef de l'Etat se rendra dans la matinée au cimetière européen Saint-Eugène, le principal de la capitale du temps de la colonisation française de l'Algérie, pour un hommage aux soldats "morts pour la France".

Le président français Emmanuel Macron poursuit vendredi une visite de trois jours en Algérie , destinée à "bâtir l'avenir" sans rien occulter du passé colonial, en mettant l'accent sur les jeunes entrepreneurs et start-up.

Le chef de l'Etat se rendra dans la matinée au cimetière européen Saint-Eugène, le principal de la capitale du temps de la colonisation française de l'Algérie, pour un hommage aux soldats "morts pour la France". Jeudi, au premier jour de sa visite, il s'était recueilli au mémorial des martyrs algériens de la guerre d'indépendance (1954-62) face à la France.

Autre temps fort de la journée, placée sous le signe de la relance du partenariat bilatéral, il rencontrera de jeunes entrepreneurs avec l'ambition de créer un incubateur franco-algérien de start-up numériques. Emmanuel Macron visitera aussi la Grande mosquée d'Alger, avec son minaret monumental, avant de rejoindre Oran (ouest), deuxième ville du pays réputée pour son ouverture d'esprit et sa créativité.

Le président français et son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune ont scellé jeudi leur réconciliation après des mois de brouille diplomatique. A l'issue d'un entretien de plus de deux heures, les deux dirigeants ont fait montre de courtoisie et d'optimisme.

M. Tebboune, qui était allé à l'aéroport pour accueillir son invité, s'est félicité de "résultats encourageants" qui permettent de "tracer des perspectives prometteuses dans le partenariat spécial qui nous lie". France et Algérie vont relancer plusieurs comités intergouvernementaux notamment dans les domaines économique et stratégique, a-t-il annoncé. La visite coïncide avec le 60e anniversaire de la fin de la guerre et la proclamation de l'indépendance de l'Algérie en 1962.

Le président(...)


Lire la suite sur Paris Match