Algérie : le journaliste Khaled Drareni libéré de prison

Source AFP
·1 min de lecture
Fondateur du site électronique Casbah Tribune, Khaled Drareni avait couvert le mouvement de contestation populaire hirak. (illustration)
Fondateur du site électronique Casbah Tribune, Khaled Drareni avait couvert le mouvement de contestation populaire hirak. (illustration)

Le journaliste Khaled Drareni, devenu le symbole du combat pour la liberté de la presse en Algérie, a été libéré vendredi 19 février, au lendemain de l'annonce d'une grâce présidentielle en faveur de dizaines de détenus d'opinion, a-t-on appris auprès de son avocat.

« Il est libre », a déclaré Abdelaghani Badi, l'un des avocats du correspondant en Algérie de la chaîne TV5 Monde et de Reporters sans frontières (RSF), en précisant qu'il s'agissait d'une mesure de « liberté provisoire ». Khaled Drareni a été condamné en septembre 2020 à deux ans de prison ferme pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l'unité nationale ».

À LIRE AUSSIKhaled Drareni, autant journaliste que symbole d'une Algérie qui veut respirer

Il a couvert le mouvement hirak

Fondateur du site électronique Casbah Tribune, il avait couvert le mouvement de contestation populaire hirak, notamment via ses comptes sur les réseaux sociaux, avant la suspension des manifestations à cause de la pandémie de Covid-19. Sa condamnation a suscité l'indignation en Algérie et à l'étranger. Khaled Drareni est en attente d'une décision de la Cour suprême le 25 février sur son pourvoi en cassation.

Ahmed Benchemsi, un responsable régional de Human Rights Watch (HRW), s'est dit « très heureux de savoir Khaled Drareni enfin libre ». « Il n'aurait pas dû passer une minute en prison. Il ne faisait que son métier. Honneur à lui », a-t-il écrit sur Twitter. Les États-Unis ont salué la libération de mili [...] Lire la suite