Algérie : face à la colère sociale, Tebboune en appelle au dialogue

Source AFP
·1 min de lecture
Pour tenter d'apaiser la colère sociale qui monte en Algérie le président Abdelmadjid Tebboune a enjoint à son gouvernement d'ouvrir « un dialogue » avec les partenaires sociaux. 
Pour tenter d'apaiser la colère sociale qui monte en Algérie le président Abdelmadjid Tebboune a enjoint à son gouvernement d'ouvrir « un dialogue » avec les partenaires sociaux.

La colère sociale s'intensifie en Algérie. Pour tenter d'apaiser les tensions, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a enjoint à son gouvernement, ce dimanche 2 mai, d'ouvrir « un dialogue » avec les partenaires sociaux. Grèves, chômage élevé (15 %) et paupérisation, flambée des prix et pénuries de denrées de base, un front social en ébullition vient désormais s'ajouter à une profonde crise économique, née de la chute de la rente pétrolière, et à l'impasse politique qui perdure depuis le soulèvement populaire du hirak, il y a deux ans.

Lors d'un conseil des ministres, Abdelmadjid Tebboune a « ordonné d'engager un dialogue avec les différents partenaires sociaux aux fins d'améliorer la situation socioprofessionnelle des employés du secteur » de l'éducation et de la santé, selon un communiqué officiel. Au même moment, les agents de la protection civile, pompiers notamment, défilaient en uniforme non loin du siège de la présidence algérienne jusqu'au bâtiment de leur direction générale, a constaté un photographe de l'Agence France-Presse.

À LIRE AUSSIAlgérie : la « révolution du sourire pacifique » persiste et signe

Ils exigeaient la satisfaction de leurs revendications socioprofessionnelle et la libération d'un des leurs, arrêté sans explication dans la matinée. La manifestation a été violemment réprimée par la police, selon des déclarations de pompiers relayés sur les réseaux sociaux. « Ils nous ont frappés et ont utilisé du gaz lacrymogène. En plein rama [...] Lire la suite