Algérie : des dizaines d’interpellations lors des marches du hirak

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
Alors que les marches prodémocratie ont repris de plus belle en Algérie depuis le 22 février, la répression policière s'est accrue.
Alors que les marches prodémocratie ont repris de plus belle en Algérie depuis le 22 février, la répression policière s'est accrue.

Ils ne lâchent rien. Depuis le 22 février, les marches du mouvement prodémocratie du hirak en Algérie ont repris dans le pays. Le mouvement de contestation avait pourtant dû se mettre en veille en mars 2020 en raison de la crise du Covid-19. Mais ce vendredi 26 mars, ces marches pacifiques ont surtout été marquées par des dizaines d'arrestations à travers tout le pays, selon des organisations de défense des droits humains.

La Ligue algérienne de défense des droits de l'homme (LADDH) a fait état de « dizaines d'interpellations dans plusieurs wilayas [préfectures] à Alger, Blida, Tiaret et Relizane ». La plupart des personnes arrêtées ont été relâchées en fin de journée, a-t-elle précisé. « La LADDH, tout en exprimant sa pleine solidarité avec le mouvement hirak, dénonce cette répression et réitère son appel à l'arrêt de la répression et de la diabolisation du hirak, et rappelle le respect des libertés publiques et des droits humains », a affirmé le vice-président de la Ligue, Saïd Salhi.

À LIRE AUSSIAlgérie : le hirak, deux ans déjà

Des interpellations dans tout le pays

À Alger, le militant hirakiste Mohamed Tadjadit, un ex-détenu, et trois étudiants ont été arrêtés à la fin de la manifestation hebdomadaire qui a rassemblé des milliers de personnes dans le centre de la capitale, a indiqué le Comité national de libération des détenus (CNLD), une association de soutien aux prisonniers d'opinion.

« Le militant et poète Mohamed Tadjadit arrêté à la fin de la manifes [...] Lire la suite